La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 290,85
    -299,56 (-1,01 %)
     
  • Nasdaq

    10 834,53
    -33,39 (-0,31 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9616
    -0,0072 (-0,74 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    19 960,16
    +105,57 (+0,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    440,95
    +7,85 (+1,81 %)
     
  • S&P 500

    3 662,49
    -30,74 (-0,83 %)
     

Dix labos énergivores dans le viseur de l’université de Bordeaux

univ-Bordeaux - Y.Deris

CRISE - Les équipements de pointe des unités de biologie santé consomment beaucoup d’électricité

« On est une université de recherche intensive pourvue de nombreux laboratoires en biologie santé, qui sont très consommateurs, explique Dean Lewis, président de l’université de Bordeaux. On veut avoir une action spécifique sur dix d’entre eux car si on y réduit de 15 à 20 % la consommation d’énergie (principalement l’électricité), cela l’emporte sur la consommation de tout l’établissement. » Une démarche ciblée qui ne dispense pas l’université de Bordeaux, qui accueille 54.000 étudiants, des mesures d’économies espérées en abaissant de quelques degrés le chauffage ou la climatisation des serveurs informatiques, par exemple.

Eviter les coupures sauvages

« On a fait la tournée de nos gros laboratoires énergivores et on se demande si on peut y baisser la charge ou même reporter des opérations particulièrement gourmandes en énergie et ainsi éviter les coupures sauvages », ajoute Éric Macé, vice-président en charge des transitions environnementales et sociétales. Parmi ces gouffres en termes de consommation d’énergie, il y a par exemple l’Institut européen de chimie et de biologie (IECB), installé à Pessac. « On y trouve 150 hottes aspirantes qui tournent en permanence, des congélateurs à -84 °C et de la RMN (résonance magnétique nucléaire) », pointe le président de l’université. Il fait aussi remarquer(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Champs-Elysées : Les illuminations de Noël se restreignent pour économiser de l’énergie
Crise énergétique : Quelque 300 entreprises en France en difficulté cet hiver, selon le gouvernement
Crise énergétique : L’augmentation taxe foncière à Lyon ? « Ce n’est pas une réalité actuellement » répond Grégory Doucet