La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    50 828,56
    -1 058,00 (-2,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

En dix ans, les prix des énergies renouvelables ont drastiquement chuté

·2 min de lecture

Parfois accusées d’être trop subventionnées, les énergies renouvelables, principalement le solaire et l'éolien, ont vu leur prix chuter drastiquement ces dix dernières années.

Des prix divisés par quatre en dix ans pour le solaire dans le monde et presque par deux pour l’éolien. La chute est impressionnante. En France, où le tarif était de 600 euros le mégawattheure pour le photovoltaïque de toiture en 2010 - 300 euros pour les centrales au sol, "il est aujourd’hui de 80 euros du mégawattheure sur les bâtiments, 55 euros environ pour le solaire au sol", indique Jean-Louis Bal, président du syndicat des énergies renouvelables (SER). Dans l’éolien, la baisse est moins spectaculaire, mais bien réelle. "En 2010, les tarifs d’achat de l’éolien terrestre étaient de 86 euros le mégawattheure contre un prix moyen de 59 euros aujourd'hui."

Evolution du prix des énergies renouvelables dans le monde (en dollars par MWh)

Reste l’éolien maritime. Le a été attribué avec un prix de 44 euros le mégawattheure, auquel il faut ajouter les coûts de raccordement pris en charge par RTE, de l’ordre de 15-20 euros le mégawattheure; c’est trois fois moins que dans les années 2010.

Les énergies renouvelables ont donc tendance à se rapprocher du prix du nucléaire historique (amorti), aux alentours d’une quarantaine d’euros le mégawattheure (contre 110 à 120 euros pour le nouveau nucléaire selon les ). Le résultat d’une progression continue des technologies et des rendements, et des économies d’échelle. "Les fabricants, notamment en Chine, ont fait des investissements lourds dans les cellules photovoltaïques, ce qui a permis l’essentiel du progrès et l'industrialisation de la production, analyse Jean-Louis Bal. L’Europe continue aussi la recherche et le développement, avec l’émergence de projets industriels." Sans compter l’effet d’apprentissage qui permet de mieux connaître les équipements, les chantiers, les localisations les plus pertinentes pour encore améliorer les rendements et réduire les coûts.

Pas suffisant toutefois pour remettre en cause la subvention de ces énergies, estiment certains économistes, alors que la France est encore loin de ses objectifs [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi