Marchés français ouverture 3 h 13 min

Dividendes en Bourse : quand l’entreprise rembourse ses prêteurs

Le sujet controversé des dividendes agite périodiquement l’opinion et révèle plus généralement une incompréhension générale de l’utilité du monde financier. Il est vrai que les économistes, comme hélas l’enseignement français, ne nous disent pas grand-chose d’éclairant à cet égard. Les premiers s’efforcent d’adapter les théories d’antan au monde d’aujourd’hui, en se contredisant d’ailleurs. Quant à l’enseignement, mélange de jargon, de modèles quantitatifs et de sociologie, son silence moralisateur sur les questions financières modernes est éloquent. Loin de toute complexité, il y a deux manières simples de voir par exemple la Bourse et les dividendes, selon que l’on considère le passé de l’entreprise ou sa projection dans l’avenir.

Comme les intérêts d’un prêt

La première consiste à assimiler les dividendes aux intérêts d’un prêt consenti à un moment donné à l’entreprise. Un prêt d’un genre certes particulier, mais dont la structure est éclairante.

A un moment donné donc, l’entreprise sollicite la Bourse pour une émission d’actions. C’est le point de départ, ce qu’on appelle l’IPO, abréviation de Initial Public Offer, l’introduction en Bourse. Concrètement, les actionnaires achètent les actions au prix fixé par l’entreprise, conseillée par des banques d’affaires. L’argent des premiers actionnaires est alors versé dans les caisses de l’entreprise. On a donc bien le schéma d’une forme de prêt. Que certains des premiers actionnaires revendent leurs actions ne change rien à l’affaire. Tout se passe alors comme s’il y avait une substitution de prêteurs, alors que pour l’entreprise rien ne change. Incidemment d’ailleurs, ces observations détruisent l’idée selon laquelle un euro qui va en Bourse serait un euro perdu pour l’économie.

>> A lire : Et si vous profitiez aussi des super dividendes du CAC 40 ?

Dans cette perspective, les dividendes rémunèrent les “prêteurs”, qu’ils soient de la première heure ou pas. On est donc bien dans une logique proche de celle du crédit. La différence

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un Boeing bat un record de durée de vol, les artistes français font recette à l'étranger... le flash éco du jour
Une nouvelle compagnie baptisée Breeze Airways lancée d'ici la fin de l'année ?
Coronavirus : le bilan dépasse désormais les 900 morts, notre carte de l'épidémie en temps réel
Quel reste à charge pour vos travaux avec la nouvelle super prime rénovation ?
Box Internet RED by SFR : derniers jours de l'offre en promotion