Publicité
La bourse ferme dans 8 h 15 min
  • CAC 40

    7 708,02
    0,00 (0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 938,75
    +3,25 (+0,07 %)
     
  • Dow Jones

    38 647,10
    -65,11 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0717
    -0,0025 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    2 326,40
    +8,40 (+0,36 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 460,86
    -498,57 (-0,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 425,43
    +7,55 (+0,53 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,21
    -0,41 (-0,52 %)
     
  • DAX

    18 301,64
    +35,96 (+0,20 %)
     
  • FTSE 100

    8 175,05
    +11,38 (+0,14 %)
     
  • Nasdaq

    17 667,56
    +59,12 (+0,34 %)
     
  • S&P 500

    5 433,74
    +12,71 (+0,23 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    18 016,96
    -95,67 (-0,53 %)
     
  • GBP/USD

    1,2729
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Dissolution : le retour de Macron, le casseur de la politique

Alain ROBERT/SIPA

EDITORIAL - L’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par le président de la République a pris de court les macronistes. Mais c’est oublié la véritable nature d’Emmanuel Macron, un casseur de la politique, selon notre éditorialiste Maurice Szafran. Mais a-t-il encore la puissance politique nécessaire pour défier l’extrême droite ?

Une folie politique ? Un suicide électoral ? Un risque insensé pris par un président si isolé qu’il risque tout, et peut-être même le pire, le déferlement de députés du Rassemblement national à l’Assemblée nationale ? Rappelons-le : personne dans l’univers politique ne s’attendait à cette décision si « déraisonnable », la dissolution.

Quelques minutes avant que le président de la République n’annonce donc la dissolution de l’Assemblée nationale, nous discutions avec l’un des plus fins observateurs de la scène politique française, lequel se pique – à raison – de bien le connaître et, surtout, de bien le comprendre. Nous lui annoncions qu’un intime du chef de l’État venait de nous assurer qu’il y aurait très probablement dissolution. « Mais c’est ridicule, Macron n’est pas dingue. Il ne fera jamais un tel cadeau à l’extrême droite. Il est capable d’erreur politique, mais celle-là… Non. » Eh bien, si.

Changement de pied, retournement stratégique, décision historique

Aujourd’hui la plupart des macronistes de premiers rangs ont la gueule de bois, quelles que soient leurs sensibilités. Yaël Braun-Pivet, l’ex-présidente de l’Assemblée nationale, est la seule parmi les macronistes de haut rang qui ose le dire, qui ose l’ouvrir : « il y avait un autre chemin que celui de la dissolution, la coalition ». En réalité, le chef de l’État n’en a jamais voulu et les macronistes n’ont rien compris ni vu venir. Ils n’ont toujours rien compris en dépit des explications à répétition du Président, d’abord à la télévision puis en cercle fermé.

PUBLICITÉ

Lire aussiDissolution de l’Assemblée nationale : La Macronie tétanisée par l’annonce du Président

Pourquoi en effet prendre ce risque « insensé », des élections législatives qui pourraient déboucher sur une majorité puis un gouvernement RN ? Pourquoi cette décision alors que le Président n’a cessé de répéter qu’une élection européenne devait rester… européenne et n’aurait guère de conséquences nationales ? Pourquoi donner raison à Marine Le Pen et Jordan[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi