Publicité
La bourse ferme dans 7 h 5 min
  • CAC 40

    7 603,64
    -104,38 (-1,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 895,99
    -39,51 (-0,80 %)
     
  • Dow Jones

    38 647,10
    -65,11 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0708
    -0,0035 (-0,32 %)
     
  • Gold future

    2 335,70
    +17,70 (+0,76 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 734,59
    -455,36 (-0,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 425,20
    +7,33 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,05
    -0,57 (-0,73 %)
     
  • DAX

    18 163,44
    -102,24 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    8 150,49
    -13,18 (-0,16 %)
     
  • Nasdaq

    17 667,56
    +59,12 (+0,34 %)
     
  • S&P 500

    5 433,74
    +12,71 (+0,23 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2729
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Dissolution de l’Assemblée: la Bourse de Paris et le CAC 40 accusent le coup

AFP / ERIC PIERMONT

La Bourse de Paris chutait de 1,88 % ce lundi matin dans les premiers échanges, au lendemain de l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale, facteur d’incertitude considérable pour les marchés.

Les investisseurs n’aiment pas l’incertitude politique. Et ils le prouvent ce lundi 10 juin, au lendemain des Européennes marquées par une poussée de l’extrême droite dans plusieurs pays. Les Bourses européennes reculaient dans les premiers échanges : Francfort cédait 0,68 %, Milan 0,80 %, Bruxelles 0,91 %, Amsterdam 0,42 % et Stockholm 0,68 %. Au global, l’indice paneuropéen Stoxx 600 se repliait de 0,65 % vers 9h05. Ces fluctuations sont toutefois faibles par rapport à la Bourse de Paris, qui perdait 1,88 % dans les premiers échanges. Le CAC 40 reculait ainsi de 150,75 points à 7 851,05 points vers 9h25. Rien d’étonnant après l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale, et la possibilité d’un changement de politique en France début juillet.

Lire aussiLa macronie tétanisée par l’annonce du président

« Cette situation d’incertitude pourrait créer une évolution chaotique des marchés au cours de la période » qui va suivre ce scrutin, prévient d’ailleurs Sebastian Paris-Horvitz, directeur de la recherche du gérant d’actifs LBP AM, dans une note.

Le marché obligataire accuse le coup

Le secteur bancaire semble le plus pénalisé par ce contexte d’incertitudes : Société Générale chutait ce lundi matin de 5,19 % à 24,66 euros, BNP Paribas de 4,82 % à 63,12 euros et Crédit agricole de 3,69 % à 14,10 euros. Viennent ensuite les entreprises dont une partie des revenus dépend des contrats de concession signés avec l’Etat : Eiffage chutait de 5,76 % à 93,90 euros et Vinci de 3,88 % à 106,45 euros. Le gestionnaire des aéroports parisiens ADP reculait aussi de 4,29 % à 122,60 euros.

PUBLICITÉ

L’onde de choc se faisait ressentir aussi sur le marché obligataire : le taux d’intérêt auquel l’Etat français emprunte sur les marchés avec dix ans pour échéance de remboursement montait à 3,16 % vers 9h25, contre 3,10 % à la clôture de vendredi. Il creuse l’écart par rapport à l’équivalent allemand, qui s’établissait alors à 2,64 %. L’euro était aussi lesté lundi à 9h25 et perdait 0,41 % par rappo[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi