La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 719,43
    +492,40 (+1,40 %)
     
  • Nasdaq

    15 686,92
    +461,76 (+3,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 455,60
    +528,23 (+1,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1275
    -0,0011 (-0,10 %)
     
  • HANG SENG

    23 983,66
    +634,28 (+2,72 %)
     
  • BTC-EUR

    45 059,39
    +1 033,57 (+2,35 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 311,09
    -10,19 (-0,77 %)
     
  • S&P 500

    4 686,75
    +95,08 (+2,07 %)
     

Ce disque de verre peut stocker des données pendant 14 milliards d'années !

·2 min de lecture

On se souvient des fameux disques optiques (CD, DVD, Blu-ray,…) et leur durée de vie très optimiste lors de leur sortie. Face à l’épreuve du temps, la réalité montre que la conservation des données sur ces supports est assez aléatoire. C’est pourquoi les labos cherchent des solutions pour conserver d’importants volumes de données le plus longtemps possible. Différentes techniques ont été envisagées, en cumulant les dimensions pour augmenter la densité.

Celle imaginée par les chercheurs de l'Université de Southampton au Royaume-Uni pourrait permettre de graver sur un seul disque en verre de la taille d’un CD, 500 téraoctets de données. Une densité 10.000 fois plus dense que ce que peuvent proposer les Blu-Ray. Cette capacité pourrait permettre de stocker l’équivalent de 125.000.000 de photos. Ce n’est pas tout, puisque le support de stockage serait durable, voire éternel. Il pourrait résister à des températures allant jusqu’à 1.000 degrés, mais surtout sa longévité serait de 13,8 milliards d’années sans dégradation, s’il est conservé dans de bonnes conditions.

Lent mais durable

Pour parvenir à ces prouesses et augmenter autant la densité, le laboratoire a misé sur l’écriture de cellules de stockage reposant sur des nanostructures. L’équipe parle de structures écrites au laser en cinq dimensions (5D). On trouve ainsi deux dimensions optiques et trois autres spatiales. Pour leur test, les scientifiques ont utilisé cette méthode pour enregistrer 6 Go de données dans un échantillon de verre de silice d'un pouce. L’inconvénient est que, côté vitesse d’écriture, le laser plafonne à 230 ko/s. Ce n’est pas rapide mais puisqu’il s’agit de stockage de longue durée, la vitesse de gravure n’est pas forcément une priorité. Il faudrait ainsi environ 60 jours pour enregistrer ces 500 To de données. Ceci dit, l’équipe planche maintenant sur l’augmentation de cette vitesse.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles