La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,44 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 753,90
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    41 518,80
    +388,23 (+0,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,96 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

Disparition des abeilles : et si l'hivernage artificiel était la solution ?

·1 min de lecture

Et si les hivers trop doux expliquaient la disparition des abeilles ? C'est en tout cas la théorie d'un apiculteur de Latrape, en Haute-Garonne, qui a fait hiverner ses ruches une bonne partie de cet hiver. Et le résultat est surprenant : les abeilles n'ont jamais été aussi vigoureuses et la récolte de miel n'a jamais atteint ce niveau. C'est l'année dernière que Xavier Dumont a eu le déclic. Lui qui il y a quarante ans, lorsqu'il a débuté l'apiculture, n'avait aucun problème de mortalité de ses abeilles, a perdu ses trois ruches pendant l'hiver.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Si les pesticides ont une responsabilité dans ce constat, ce ne sont pas les seuls responsables. Pour lui, le réchauffement climatique serait également en cause. C'est la raison pour laquelle il a décidé de tenter une expérience un peu particulière. "Je ne comprenais pas pourquoi on avait des colonies qui mouraient, alors qu'il y a 40 ans elles ne seraient jamais mortes. Donc ça a fait 'tilt' et je me suis dit que les hivers étaient trop doux", explique-t-il. Xavier Dumont s'est donc mis à l'hivernage artificiel, comme les Canadiens. "Eux mettent leurs ruches en cave pour ne pas qu'elles meurent de froid. Moi, c'est justement pour qu'elles n'aient pas trop chaud", a poursuivi l'apiculteur.

70 jours d'hivernation

À la cave, dans le noir, les abeilles ont hiverné 70 jours, jusqu'à fin janvier. Xavier Dumont leur a rendu visite de temps en temps et a constaté une mortali...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles