La bourse ferme dans 5 h 3 min

Disney+ pourrait se retrouver sur Canal+ comme Netflix

Thomas Giraudet

Jafar, personnage emblématique du film Aladdin, qui devrait se retrouver sur Dinsey+. Disney

Le groupe de télévision payante Canal+ fait un pas de plus pour devenir une plateforme agrégeant les meilleurs contenus, comme se plaît à l'expliquer son président du directoire, Maxime Saada. Après un accord signé avec Netflix, l'éditeur serait en train de négocier avec Disney+, la plateforme de streaming payante de Disney, pour commercialiser  en exclusivité le service en France, selon une information de la Lettre A, quotidien économique payant pour les professionnels. Concrètement, les deux groupes négocieraient pour proposer Disney+ soit en option payante, soit dans les offres Canal+ avec d'autres services. 

La filiale de Vivendi propose ainsi déjà des bouquets incluant BeIN Sports, RMC Sport ou OCS. Disney+ sera par ailleurs disponible en OTT — directement sur Internet —sur les ordinateurs, smartphones et tablettes, sur les téléviseurs connectés, mais pas sur les box SFR, Orange, Free. Ce rapprochement intervient au moment où la concurrence est désormais réelle pour Netflix, Canal+, Amazon Prime Video ou OCS en France, avec des catalogues denses ou des prix cassés proposés par les rivaux. Apple vient de lancer son propre service de streaming AppleTV+ à 4,99 euros par mois et Disney+ arrivera dès le 12 novembre aux Etats-Unis et plus tard en 2020 dans l'Hexagone, à 6,99 euros par mois pour commencer.

A lire aussi — Netflix lance sa première série sous forme de podcast

On a déjà une idée des films et séries qu'on devrait trouver en France sur la plateforme de Disney. Il s'agit de programmes originaux de Disney+ — des films, séries et émissions produites exclusivement pour la plateforme — mais surtout une très grosse partie de son catalogue de long-métrages et séries, qui couvre 80 ans d'histoire du cinéma. Mais Disney+ devra attendre jusqu’à…

>> LIRE LA SUITE SUR BUSINESS INSIDER

Lire aussi : Netflix confirme tester la lecture accélérée et certains réalisateurs s'en plaignent déjà

Aussi sur Business Insider