Marchés français ouverture 6 h 43 min

Discrimination à l'embauche: des entreprises bientôt dénoncées par le gouvernement

AFP
French Junior Minister for Gender Equality Marlene Schiappa arrives for a weekly cabinet meeting followed by a government seminar at the Elysee Presidential palace on January 15, 2020 in Paris. (Photo by Ludovic Marin / AFP) (Photo by LUDOVIC MARIN/AFP via Getty Images)

POLITIQUE - Une avancée importante en matière de lutte contre les discriminations à l’embauche par certaines entreprises. Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, a déclaré ce lundi 20 janvier que des entreprises qui discriminent à l’embauche seraient dénoncées le 6 février, lors de la présentation d’une “stratégie gouvernementale” contre ce problème.

“Le 6 février, nous présenterons avec plusieurs ministres la première stratégie gouvernementale (de lutte contre les discriminations, NDLR), avec les associations, avec les acteurs qui suivent sur le terrain depuis des années, luttent parfois seuls contre les discriminations”, a-t-elle déclaré, ce 20 janvier, sur RTL.

“Vers du ‘name and shame’”

“Il n’y a jamais eu de stratégie interministérielle avec la totalité du gouvernement mobilisé sous l’autorité du Premier ministre Édouard Philippe”, a-t-elle mis en avant. “Nous pouvons aller vers du ‘name and shame’, c’est-à-dire nommer des entreprises qui discriminent”, a ajouté Marlène Schiappa. Comme on lui demandait si le 6 février, justement, des entreprises seraient “dénoncées” et s’il y aurait “une liste” publiée, la ministre a répondu: “Oui, tout à fait”.

“On lutte contre les discriminations communautaristes, mais le communautarisme se nourrit aussi des discriminations. Quand vous êtes en marge de la République, vous avez le sentiment d’être rejeté par la République, vous pouvez être tenté de vous organiser en marge de celle-ci”, a ajouté la secrétaire d’État. Lutter contre les discriminations, “c’est aussi une manière de lutter positivement contre le communautarisme”.

Tests anonymes

Au début du mois, une étude auprès de grandes entreprises françaises a mis en évidence “une discrimination significative et robuste selon le critère de l’origine à l’encontre du candidat présumé maghrébin”.

Cette étude fait suite à une campagne de tests anonymes menée entre octobre 2018 et janvier 2019 auprès de 103 grandes entreprises parmi...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Ce contenu peut également vous intéresser :