La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 639,93
    -446,11 (-1,31 %)
     
  • Nasdaq

    11 526,94
    -57,61 (-0,50 %)
     
  • Nikkei 225

    27 346,88
    +19,77 (+0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,0900
    +0,0034 (+0,32 %)
     
  • HANG SENG

    22 072,18
    +229,85 (+1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    21 121,52
    -231,43 (-1,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    521,34
    +278,66 (+114,83 %)
     
  • S&P 500

    4 045,19
    -31,41 (-0,77 %)
     

Le discret mais ambitieux Rishi Sunak "a tout pour réussir" au 10 Downing Street

PORTRAIT. A la tête d'un pays en crise depuis trois mois, le plus jeune Premier ministre du Royaume-Uni, incarnation du Commonwealth, prône une économie innovante. Opportuniste, il est toujours fragile politiquement.

Ecouter ceux qui ont côtoyé Rishi Sunak à Stanford ou chez Goldman Sachs conduit à penser qu'il a fait sienne la formule de son auteur favori, William Shakespeare: "La meilleure partie de la bravoure est la discrétion." Alors qu'il a déclaré que son passage au sein de la prestigieuse université américaine a changé sa vie et lui a appris à "voir plus grand", le nouveau Premier ministre britannique ne semble pas y avoir laissé une trace indélébile.

"Je n'ai aucun souvenir d'avoir jamais interagi avec lui", affirme Paul Romer, économiste lauréat du prix Nobel que Rishi Sunak avait pourtant cité comme l'un de ses professeurs les plus "inspirants" à Stanford. Plusieurs enseignants ont confié dans la presse n'avoir que peu de souvenirs de l'étudiant Sunak.

Le son de cloche est identique chez les ex-collègues de Goldman Sachs, où Rishi Sunak a lancé sa carrière en 2001. "Je me souviens de quelqu'un de très chic, de son sourire avec ses dents blanches, mais qui était très discret et ne se liait pas facilement", ajoute un banquier d'affaires présent dans la filiale londonienne de la banque au début des années 2000.

"Rishi who?"

"Rishi who?" comme aime à le peindre la presse britannique, Sunak est, depuis le 25 octobre, à la tête d'un pays toujours en prise aux affres du Brexit. Battu début septembre par la très droitière Liz Truss, lors du vote des militants conservateurs, le "looser" est revenu par la fenêtre six semaines plus tard, à la faveur des errements de "Calamity Truss".

Le 24 octobre 2022, lors de son élection comme chef du parti conservateur. (T. Salci/Zuma/Réa)

Devenu à 42 ans le plus jeune Premier ministre de l'histoire du Royaume-Uni, ce parfait représentant de l'élite British Indian hérite d'une charge explosive alors que le pays entre en récession. Le 4 janvier, il est sorti de sa discrétion en prononçant un discours remarqué, visant à rassurer des Britanniques déprimés par une inflation galopante, des grèves à répétition et des hôpitaux débordés.

"Nous pouv[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi