Marchés français ouverture 7 h 8 min
  • Dow Jones

    34 395,01
    -194,76 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    11 482,45
    +14,45 (+0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    27 814,17
    -411,91 (-1,46 %)
     
  • EUR/USD

    1,0513
    -0,0015 (-0,15 %)
     
  • HANG SENG

    18 736,44
    +139,21 (+0,75 %)
     
  • BTC-EUR

    16 164,44
    -289,33 (-1,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    403,07
    -3,08 (-0,76 %)
     
  • S&P 500

    4 076,57
    -3,54 (-0,09 %)
     

Le dirigeant de Hong Kong vante les mérites du centre financier lors d'un sommet bancaire critiqué

Le dirigeant de Hong Kong, sanctionné par les Etats-Unis, a assuré que la stabilité politique et la confiance des entreprises dans la ville sont désormais rétablies après la répression des manifestations prodémocratie, lors d'un sommet financier mercredi auquel participent des banquiers internationaux, dont des dirigeants de Wall Street.

De grands noms de la finance mondiale sont réunis pendant une semaine dans le centre financier pour un sommet visant à rétablir la réputation de la place financière chinoise, malgré les vives critiques d'élus américains et des restrictions sanitaires persistantes qui ont terni sa réputation internationale, provoqué un exode des talents et mis à mal son économie.

"Nous étions, nous sommes et nous resterons l'un des principaux centres financiers au monde. Et vous en aurez pour votre argent", a déclaré dans son discours de chef de l'exécutif John Lee.

Parmi les intervenants prévus à ce sommet de haute volée figurent David Solomon, directeur de Goldman Sachs, James Gorman, PDG de Morgan Stanley, Rob Kapito, président de Blackrock, et Daniel Pinto, homologue de JP Morgan Chase.

Leur présence a suscité la controverse.

Le semaine dernière, les dirigeants d'une agence du gouvernement américain sur la Chine (Congressional-Executive Commission on China) ont sommé les chefs de Wall Street de ne pas se rendre à Hong Kong, les accusant de faire le jeu du chef de l'exécutif du territoire.

"Leur présence ne sert qu'à rendre légitime le démantèlement rapide de l'autonomie de Hong Kong, de la liberté de la presse et de l'Etat de droit par les autorités agissant de concert avec le Parti communiste chinois", ont estimé jeudi dernier dans un communiqué les démocrates Jeff Merkley et Jim McGovern, membres d'une commission parlementaire dédiée à la Chine, et notamment à la question des droits humains.

Les multinationales font en effet face à un dilemme: Hong Kong est à la fois une porte d'entrée lucrative proche de la Chine, mais aussi un lieu cristallisant les relations de plus en plus tendues entre Pékin et les puissances occidentales.

"La connexion sans faille de Hong Kong avec le continent lui confère des avantages dont aucune autre économie ne dispose", a d'ailleurs relevé M. Lee dans son discours.

Pour M. Lee, la ville est un lieu incontournable pour les poids lourds du monde des affaires, du fait de sa "connexion irremplaçable" avec la Chine continentale. Et cette connexion est désormais essentielle, a-t-il argumenté, "alors que le centre de gravité économique du monde se déplace vers l'est".

Ancien chef de la sécurité qui a pris ses fonctions cette année, John Lee fait partie des responsables sanctionnés par Washington pour son rôle dans la répression de la dissidence à Hong Kong au lendemain des manifestations en faveur de la démocratie.

Il a ainsi interdiction de détenir un compte auprès des mêmes géants bancaires qui participent au sommet.

- "La loi et l'ordre" -

"Les troubles sociaux appartiennent clairement au passé et ont laissé place à la stabilité, à la croissance des affaires et à la confiance de la communauté dans l'avenir de Hong Kong", a déclaré mercredi M. Lee. "La loi et l'ordre sont revenus. Le pire est derrière nous", a-t-il poursuivi.

La plupart des opposants politiques de la ville sont aujourd'hui derrière les barreaux ou ont fui à l'étranger.

Sous la présidence de Xi Jinping, qui s'est assuré fin octobre un troisième mandat, la Chine a adopté une politique intransigeante qui a coupé les ailes à certaines grandes entreprises chinoises et s'en tient toujours à sa politique sanitaire "zéro Covid".

L'économie de Hong Kong a vu son produit intérieur brut plonger de 4,5% au troisième trimestre de cette année, selon des données préliminaires publiés mardi.

La bourse de Hong Kong est l'une des moins performantes du monde, avec une baisse de plus de 50% cette année, atteignant son pire niveau depuis 2009.

Le discours de M. Lee n'a fait aucune mention des draconiennes mesures sanitaires appliquées en Chine et à Hong Kong dans une moindre mesure.

Hong Kong a supprimé la quarantaine obligatoire en septembre - une demande essentielle des entreprises - mais maintient le port du masque en extérieur et un système de passe vaccinal.

Les personnes arrivant de l'étranger doivent se soumettre à des tests fréquents et ne peuvent pas fréquenter les bars et les restaurants pendant leurs trois premiers jours dans la ville.

bur-jta/mtp/dw/lb/mlb/nzg/ybl