La bourse ferme dans 3 h 25 min

Diptyque, la petite marque de luxe qui cartonne

Avec sa cheminée ouvragée surmontée d’un miroir, ses moulures au plafond et son élégant parquet, la boutique Diptyque du 56, rue de Passy, dans le très chic XVIe arrondissement parisien, ressemble à un bel appartement haussmannien. La clientèle qui s’y presse, en ce samedi précédant les fêtes, ne jure pas dans le décor. Il est vrai que les tarifs pratiqués sont à l’unisson : 50 euros la bougie parfumée de 190 grammes, 105 euros le flacon d’eau de toilette de 100 millilitres et même 350 euros le calendrier de l’Avent ! On n’est pas chez Ikea. Mais, comme le vante une vendeuse, «c’est une maison de luxe». Afin de nous en convaincre, la voilà d’ailleurs qui démoule une bougie sur un coussin et nous fait humer le verre vide : «C’est la meilleure façon d’apprécier la richesse du parfum.»

Figuier, feu de bois, baies ou cyprès… Cela fait un bon moment que les senteurs de Diptyque mènent par le bout du nez tous les amateurs fortunés d’intérieurs parfumés. A commencer par des stars comme Catherine Deneuve, Elton John ou Madonna… «Sa réputation sur ce marché de niche date de près de soixante ans», souligne Christophe Biget, du cabinet iVentures Consulting. Longtemps confidentielle, son activité connaît depuis quelque temps une spectaculaire envolée. La maison est plutôt discrète sur les chiffres. Selon des données partielles n’intégrant pas toute l’activité à l’export, elle a quand même vu ses ventes grimper de 30,7 millions d’euros en 2014 à 74,6 millions en 2018. Autant dire que le seuil des 100 millions a probablement déjà été franchi. Quant au résultat net, pour le même périmètre, il est passé de 0,65 million à 3,19 millions d’euros.

>> A lire aussi - Aroma-Zone, le champion des cosmétiques faits maison

Une première boutique ouverte en 1961

Même sous-estimés, ces chiffres auraient sans doute étonné les fondateurs, aujourd’hui décédés. En 1961, trois amis artistes, Christiane Gautrot, Desmond Knox-Leet et Yves Coueslant, ouvrirent une boutique à Paris – elle existe toujours, boulevard

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Coronavirus : une première victime non chinoise, notre carte de l'épidémie en temps réel
Les laboratoires publics américains au cœur d'un scandale sur la maltraitance des animaux
Nintendo Switch, smartphones, Airpods : ces produits menacés de pénurie à cause du Coronavirus
Éléphants à vendre : ces enchères polémiques organisées au Botswana
La "collection parfaite" de whisky mise en vente