La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 733,69
    +47,52 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 188,81
    +33,08 (+0,80 %)
     
  • Dow Jones

    35 677,02
    +73,94 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1646
    +0,0015 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    1 793,10
    +11,20 (+0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    52 601,94
    -319,37 (-0,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,34
    -49,69 (-3,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,98
    +1,48 (+1,79 %)
     
  • DAX

    15 542,98
    +70,42 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 204,55
    +14,25 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    15 090,20
    -125,50 (-0,82 %)
     
  • S&P 500

    4 544,90
    -4,88 (-0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    28 804,85
    +96,27 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 126,93
    +109,40 (+0,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3760
    -0,0036 (-0,26 %)
     

Dinde de Noël, pain... au Royaume-Uni, des pénuries faute de travailleurs

·1 min de lecture

C'est une des conséquences du Brexit : le Royaume-Uni manque cruellement de main d'œuvre, notamment de chauffeurs routiers pour transporter l'essence ou pour alimenter les supermarchés. Le gouvernement de Boris Johnson a donc décidé de rappeler certains travailleurs européens qui occupaient ces emplois et ont déserté l'île depuis. Environ 10.500 visas de travail vont être délivrés pour trois mois. 

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

La moitié d'entre eux ira aux chauffeurs routiers, soit 5.000 visas valables jusqu'à Noël. Mais pour le secteur du fret au Royaume-Uni, cette mesure est une goutte d'eau dans l'océan, comme l'explique un patron interrogé dimanche à la télévision britannique. "C'est trop peu, trop tard. Selon notre association professionnelle, 25.000 chauffeurs routiers ont quitté le pays en fin d'année dernière et ne sont pas revenus. Pourquoi le gouvernement octroie-t-il seulement 5.000 visas et non pas 25.000 ?", s'interroge-t-il. 

Des citrouilles qui ne seront pas livrées à temps

Et la réaction est la même du côté de la Chambre de commerce britannique, qui accuse le gouvernement de ne pas avoir assez préparé l'après-Brexit. "Certaines de nos entreprises ne peuvent pas livrer à temps leurs citrouilles dans les magasins pour Halloween. Dans certains supermarchés, il n'y a plus de pain. Et tout ça est lié à l'absence totale de plan de transition entre la libre circulation et notre situation actuelle", assure l'une de ses représentan...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles