La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 317,49
    -425,33 (-1,22 %)
     
  • Nasdaq

    13 361,55
    -40,31 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2173
    +0,0038 (+0,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 118,99
    -1 991,80 (-4,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 499,65
    +1 256,97 (+517,95 %)
     
  • S&P 500

    4 152,38
    -36,05 (-0,86 %)
     

"Vous devriez être inquiets" : la France fait-elle suffisamment face au variant brésilien ?

·1 min de lecture

"2.000 morts, 3.000 morts, 4000 morts par jour. Les gens ont fini par s'habituer à ce décompte macabre" déplore le docteur Vasconcelos, infectiologue à São Paulo au Brésil. Des cimetières débordés, des enterrements nuit et jour, le nombre de morts qui augmente...Le Brésil est plombé par des dizaines de mutants du variant brésilien du Covid-19 et pourtant, il est de plus en plus difficile de convaincre les gens de rester confinés. Un problème d'autant plus important que ce variant est plus contagieux que la première souche arrivée dans le pays. Et ces mutations inquiètent en France, même si pour l’instant la souche ne représente que 4% des variants dans le pays. De São Paulo, où la situation est particulièrement alarmante, à l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle à Paris, Europe 1 est partie sur les traces de ce variant brésilien.

"Je reste chez moi pour sauver ma peau"

"Je pense même que si une étude confirme que le variant est plus mortel, ça ne leur ferait rien. Les gens sont anesthésiés, vous comprenez", poursuit l'infectiologue Vasconcelos. Anesthésiés et complètement perdus, car il n'existe aucune politique commune entre le président Jair Bolsonaro, les gouverneurs et les maires. 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mardi 13 avril

São Paulo vient par exemple de rouvrir les écoles, une décision incompréhensible pour beaucoup de parents au pire moment de la pandémie. "C'est irresponsable de les envoyer à l'école pour le moment. La majorité...


Lire la suite sur Europe1