La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,42 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 751,40
    -5,30 (-0,30 %)
     
  • BTC-EUR

    40 464,55
    -969,84 (-2,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,61 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,63 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,93 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,75 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,96 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

Nous devons ces vagues de chaleur extrêmes à la rapidité du réchauffement climatique

·2 min de lecture

Avec le réchauffement climatique, nous devons nous attendre à des vagues de chaleur plus nombreuses et plus intenses. Le résultat de la hausse globale des températures. Les chercheurs nous avaient déjà avertis. Aujourd’hui, ils ajoutent que la rapidité sans précédent avec laquelle les températures augmentent depuis quelque temps — environ 0,2 °C par décennie — nous expose encore un peu plus à des vagues de chaleur extrêmes. Avec, pour exemple frappant, celle qui a déferlé sur le Canada il y a quelques semaines.

Vague de chaleur au Canada : le réchauffement climatique en est-il responsable ?

Pour nous aider à comprendre, les chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Zurich (Suisse) comparent le climat à l’athlétisme. Plus une discipline existe depuis longtemps, plus il devient difficile d’en battre les records. Ainsi, si le réchauffement climatique devait se stabiliser à +1,5 °C, nous finirions par vivre aussi une stabilisation des températures maximales atteintes au cours des vagues de chaleur. Mais, à l’allure à laquelle nous émettons des gaz à effet de serre, c’est un peu comme si nous mettions le climat sous stéroïdes.

Les travaux des chercheurs révèlent ainsi que, dans un scénario de business as usual, les vagues de chaleur qui viendraient pulvériser les records établis — faisant monter les températures jusqu’à 5 °C au-delà de ces derniers —, deviendront de deux à sept fois plus probables au cours des trois prochaines décennies. Et de trois à vingt et une fois plus probables entre 2050 et 2080.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les régions peuplées particulièrement touchées

Les modèles informatiques sur lesquels ont travaillé les chercheurs montrent...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles