La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    41 425,33
    +247,30 (+0,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,51 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3834
    -0,0060 (-0,43 %)
     

"Nous devons agir en temps réel" : le vice-président de Facebook s'explique après la suspension du compte de Donald Trump

Jérôme Colombain
·1 min de lecture

"Nous sommes complètement convaincus que c'était la bonne chose à faire dans ces circonstances extraordinaires." Nick Clegg, le vice-président de Facebook chargé des affaires publiques, témoigne sur franceinfo, jeudi 21 janvier, après la suspension du compte de Donald Trump sur le réseau social. Twitter, Facebook, Google… Les uns après les autres, les géants d'internet ont réduit l'ancien président américain au silence après les émeutes de ses partisans qui ont envahi le Capitole pendant plusieurs heures.

>> Entre complotisme et intérêts personnels, la fin de mandat chaotique de Donald Trump

Applaudi par les uns mais critiqué par d'autres pour cette décision, Facebook vient de saisir son Conseil de surveillance, afin de trancher la question. Un conseil récemment mis en place par Facebook lui-même, mais présenté comme indépendant. "Nous ne pouvons pas attendre que les législateurs fassent leur travail, nous devons agir en temps réel", affirme sur franceinfo Nick Clegg, le vice-président de Facebook chargé des affaires publiques.

franceinfo : Pourquoi avoir saisi le Conseil de surveillance ?

Nick Clegg : Nous avons saisi le Conseil de surveillance après avoir suspendu définitivement l'accès de Donald Trump à Facebook et Instagram, non pas parce que nous avons des doutes sur cette décision, car nous sommes (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi