La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 141,79
    +44,83 (+0,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

"Nous devons agir": les entreprises veulent accélérer l'intégration des réfugiés

AFP - Jonathan NACKSTRAND

D'un côté des réfugiés qui peinent à trouver du travail, de l'autre des patrons qui peinent à recruter. Par "intérêt" ou par "responsabilité" sociale, les entreprises cherchent à accélérer l'intégration professionnelle de ces exilés en France.

Créer un modèle "gagnant-gagnant". "Non seulement nous devons agir, mais nous devons agir plus", a ainsi appelé Isabelle Giordano, déléguée générale de la fondation , en s'adressant mercredi à un parterre de décideurs et de patrons, lors d'un événement organisé par l'agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Paris.

La banque française, a-t-elle expliqué, a injecté 17 millions d'euros pour faciliter cette "intégration" au sein de son entreprise. "J'invite d'autres chefs d'entreprise à prendre la même décision", car il s'agit d'une "responsabilité".

ne dit pas l'inverse. A l'heure où les employeurs font face à des à l'aube de l'été, les entreprises ont "tout intérêt à aller chercher de nouveaux viviers de recrutement, et les réfugiés en sont un", a convenu Odile Menneteau, qui représentait le Medef.

Longtemps, a-t-elle justifié, embaucher un réfugié était vu comme un acte de "solidarité". "Mais maintenant, ça doit être pris en compte comme une politique d'emploi. Des talents sont disponibles, les entreprises doivent s'appuyer dessus moyennant un accompagnement", a-t-elle ajouté.

10.000 embauches

La crise des réfugiés ukrainiens, qui a suscité une , a joué le rôle de détonateur d'une situation longtemps figée en France, où l'insertion professionnelle des réfugiés est régulièrement jugée insuffisante.

Depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, une coalition de vingt entreprises, baptisée Each One for Tomorrow, a vu le jour. Dans une tribune fin mai dans Le Monde, le collectif rassemblant Carrefour, Generali ou encore ADP a affiché son ambition de recruter 10.000 réfugiés en deux ans.

"En complément des actions menées par les Etats, les collectivités et les associations, l'entreprise a ici un rôle à jouer, à la fois pragmatique et visionnaire: celui de contribuer à l'inclusion par le travail", a écrit cette coalition.

Des initiatives tous azimuts que le HCR accueille les bras ouverts, car "l'insertion économ[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles