Devises: l'euro tente de confirmer sa reprise jeudi.

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
HX6.F3,1670,000

(CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne semble cette semaine tenter de se stabiliser après une chute significative depuis la fin du mois d'octobre, où elle cotait 1,30 dollar environ. Après un point bas de deux mois à 1,2662 dollar mardi, la parité euro/dollar progressait de 0,25% ce midi à 1,2764 dollar.

L'euro continue de se reprendre contre le yen à 103,59 yens ce midi, en hausse de 1,38% après 1,27% de hausse la veille. En cause : le nouveau gouvernement Noda au Japon suscite une vague d'incertitudes quant à la future politique monétaire que suivra l'archipel.

L'euro gagne aussi 0,18% à 0,8052 sterling l'euro, ainsi que 0,04% à 1,2040 franc l'euro.

Du côté du Vieux Continent, les statistiques de la matinée n'ont certes rien d'enthousiasmant : le PIB s'est inscrit en baisse de 0,1% au troisième trimestre, entérinant son entrée en récession après un repli de 0,2% de l'activité au deuxième trimestre.

'En ce qui concerne la zone euro, c'est un peu mieux que prévu puisque la moyenne des économistes attendaient un repli de 0,2%', rappelle Chris Williamson, économiste chez Markit. 'Néanmoins, le pire est sans doute à venir, avec une forte contraction de l'activité attendue au quatrième trimestre sur fond de chute de la production en Allemagne et en France, les deux premières économies de la zone euro qui ont montré une surprenante capacité de résistance au troisième trimestre', prévient-il.

Par ailleurs, le taux d'inflation annuel de la zone euro a été confirmé à 2,5% en octobre 2012, contre 2,6% en septembre. Le taux d'inflation mensuel a été de 0,2% en octobre.

Cependant, ce mauvais chiffre était largement anticipé par les cambistes. Par ailleurs, rapporte un autre intervenant, 'des rumeurs selon lesquelles un plan de sauvetage de l'Espagne interviendrait rapidement ont permis aux taux souverains espagnols de limiter leur hausse, ce qui a aussi limité la baisse de l'euro'.

Chez ScotiaMocatta, on souligne que la configuration technique de l'euro/dollar est modérément haussière, après la position allemand plus conciliante à l'égard de la Grèce et de ses difficultés de refinancement budgétaires.

En outre, selon un cambiste nord-européen, les 'minutes' de la dernière réunion du comité de politique monétaire de la Fed, publiées hier, 'montrent qu'il est envisageable que la Fed ne se résolve à lancer de nouveaux stimuli'.

'Le plus probable serait que la Fed reprenne ses achats d'emprunts d'Etat fédéraux (elle ne rachète actuellement que des titres de créances hypothécaires, ndlr) lors de sa réunion de décembre', estime l'analyste. Après la publication du Beige Book sur la conjoncture le 28 novembre, un FOMC (comité de politique monétaire) est prévu les 11 et 12 décembre.

Rappelons aussi que Janet Yellen, vice-présidente de la Fed, a dans un discours prononcé en début de semaine plaidé en faveur de l'extension de la période de taux bas par la banque centrale américaine à début 2016. Elle aussi suggéré que la Fed devrait peut-être non pas fixer une date à sa période de taux bas, mais en conditionner la fin à un niveau d'inflation et de taux de chômage. Même s'il ne s'agit que de projets, ces propos sont néanmoins en mesure de peser sur le dollar.

Cet après-midi, une série de statistiques seront attendus des Etats-Unis, à commencer par les inscriptions au chômage, l'inflation et l'indice d'activité de la Fed de New York (Francfort: A0DKRK - actualité) , puis celui de la Fed de Philadelphie.

On attend aussi, avec un jour de décalage en raison du Veterans Day de lundi, l'état hebdomadaire des stocks de pétrole et de produits raffinés.


Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.