Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 627,75
    +565,30 (+0,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 383,42
    +52,53 (+3,95 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Il devient riche grâce à un pays inventé : la folle histoire de l’escroc Gregor MacGregor

Grant Faint

Une histoire des plus rocambolesques. En 1817, Gregor MacGregor, issu d'une famille noble et soldat écossais, décide de tirer profit de 32 000 kilomètres carrés de territoire sous l'emprise britannique. Comme le relatent nos confrères de BFMTV, l’homme, peu investi dans les luttes indépendantistes sud-américaines, est sur le point de créer la plus grande supercherie du XIXe siècle.

Son plan était très simple : après avoir passé de nombreuses années en Amérique du Sud et quitté l’armée britannique, Gregor MacGregor affirme avoir reçu le territoire du «Poyais». En 1822, il s’autoproclame «cacique du Poyais» (chef indien en Amérique centrale) et annonce pouvoir vendre de nombreuses terres. Selon lui, il s’agissait plus précisément d’un État indépendant situé dans la baie du Honduras, avec comme capitale Saint-Joseph. Pourtant, ce petit État… n’existe pas. Pour prouver sa bonne foi, MacGregor va même jusqu’à concevoir un blason et introduit la monnaie de Poyais.

Force est de constater que son escroquerie a grandement fonctionné. En effet, il retient très rapidement l’attention des investisseurs pour les actifs latino-américains. S'ensuit une campagne publicitaire redoutable, mêlant des entretiens dans les journaux et des diffusions d’annonces. Une propagande qui porte ses fruits, puisque 500 investisseurs mordent à l’hameçon et achètent des terres, quitte à vendre leurs bien pour pouvoir se les offrir. Du moins, c’est ce qu’ils pensaient. En un an, le simple soldat écossais a amassé (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Grève dans les écoles le 19 mars : voici à quoi vous devez vous attendre
Arnaque aux faux taxis : dans la capitale, les escrocs se multiplient
Chine : l’industrie accélère, mais l’immobilier inquiète, des promoteurs au bord de la faillite
SNCF : pourquoi les abonnés de Nouvelle-Aquitaine vont recevoir des remboursements
Elle devient millionnaire en jouant… la date de naissance de son enfant