Publicité
Marchés français ouverture 3 h 53 min
  • Dow Jones

    40 665,02
    -533,08 (-1,29 %)
     
  • Nasdaq

    17 871,22
    -125,68 (-0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    39 952,62
    -173,73 (-0,43 %)
     
  • EUR/USD

    1,0893
    -0,0007 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    17 476,20
    -302,21 (-1,70 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 807,88
    -615,27 (-1,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 323,84
    -5,66 (-0,43 %)
     
  • S&P 500

    5 544,59
    -43,68 (-0,78 %)
     

Devenez psy, c’est “le métier de ce siècle” !

Photo cottonbro studio / Pexels / CC

C’est un cercle vicieux, ou vertueux selon le point de vue : plus il y a de personnes qui font des thérapies, plus le nombre de gens voulant se reconvertir dans ce secteur augmente. Elles y voient “non seulement un moyen pour résoudre des problèmes personnels, mais aussi un moyen de sortir du travail en entreprise et d’accéder à une carrière qui a plus de sens”, explique le Financial Times.

“La psychothérapie est devenue de plus en plus populaire”, déclare Irena Bezic, présidente de l’Association européenne de psychothérapie, au quotidien britannique :

“Je pense que c’est le métier de ce siècle.”

Entre avril 2020 et avril 2023, le nombre de membres de l’Association britannique de thérapie et de psychothérapie, l’une des plus importantes du Royaume-Uni, a augmenté de 27 %, et le nombre d’étudiants dans ce domaine a augmenté de plus d’un tiers.

Quelle formation est nécessaire ?

La situation est particulière outre-Manche, puisque la profession de psychothérapeute n’est pas réglementée, comme c’est le cas en France ou en Allemagne. Il suffit de se faire accréditer par un organisme officiel. Pour cela, en général, les futurs thérapeutes suivent une formation certifiante puis un cours dans une université ou dans un organisme de formation. Il faut alors compter autour de 10 000 euros par an. Si certains cours peuvent être financés par l’État, la plupart des apprentis psys doivent payer de leur poche et puiser dans leurs économies, sans garantie d’obtenir ensuite un emploi. Par ailleurs, ils doivent généralement être en thérapie, ce qui ajoute un coût supplémentaire. Ils enrichissent ainsi des psys déjà établis et rentreront ensuite dans leur frais avec leur propre clientèle. “C’est en réalité une simple chaîne de Ponzi”, commente avec ironie un aspirant psy interrogé par le Financial Times.

PUBLICITÉ

Les personnes attirées par ce type de reconversion viennent d’horizons très variés : de l’agriculture au journalisme en passant par le transport aérien. Elles seraient aussi nombreuses à avoir été inspirées par la série américaine Couples Therapy, qui met en scène des couples en thérapie.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :