La bourse est fermée

Ces deux pays africains sont les seuls à prendre position sur la Catalogne

latribune.fr
 

Même avec la mondialisation de l'information, les gouvernements africains, si prompts à émettre des communiqués de soutien à des partenaires, ont cultivé un mutisme diplomatique sur la crise en Catalogne. Et pourtant, en Afrique, la volonté de cette région de devenir une communauté autonome de l'Etat central, a suscité des reactions et des prises de positions assez inattendues pour certaines.

Au-delà du bon voisinage

Dans le voisinage immédiat de l'Espagne, le Maroc a été le premier pays africain à réagir à cette indépendance réclamée à Madrid par la Catalogne via l'oragnisation, le  1er octobre dernier, d'un référendum d'autodétermination largement approuvé mais jugé illégal par le pouvoir central. Dans une rhétorique assez acerbe, le royaume nord-africain a dénoncé le caractère unilatéral de la décision de la Catalogne et apporté son soutien à l'Espagne.

Dans un communiqué daté du 11 octobre, le Maroc, «rejette le processus unilatéral d'indépendance de la Catalogne, et exprime son attachement à la souveraineté, à l'unité nationale et à l'intégrité territoriale» de l'Espagne. « Le processus unilatéral, annoncé hier, irresponsable et non viable, est porteur d'instabilité et de division non seulement en Espagne, mais dans tout son voisinage européen », ajoute le texte. Au-delà des relations de bon voisinage ce partenaire économique important à qui il apporte son soutien, Rabat reprend ici un dogme de sa diplomatie internationale.

En janvier dernier, le Maroc a réintégré l'Union africaine (UA) qu'elle avait quitté en novembre 1984 après l'admission de la pseudo « République arabe sahraouie démocratique » (RASD). Une entité autoproclamée par le mouvement séparatiste du Polisario et non reconnue par l'ONU. Difficile donc d'imaginer que le Maroc adopte une autre ligne que le soutien à l'« intégrité territoriale de l'Espagne ».

Le communiqué surprenant du chantre de la diplomatie du

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


Togo : la médiation des chefs d'Etats ouest-africains viendra-t-elle à bout de la crise politique ?
Paul Derreumaux : « l'Europe devrait structurer sa politique africaine »
Emmanuel Macron : « La France et le Maroc ont une politique africaine commune »
Politique étrangère : la Chine change de posture en Afrique (Interview)