La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    31 059,13
    -342,88 (-1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,2096
    -0,0090 (-0,74 %)
     
  • Gold future

    1 728,40
    -47,00 (-2,65 %)
     
  • BTC-EUR

    38 962,90
    -2 380,27 (-5,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    944,42
    +11,28 (+1,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,76
    -1,77 (-2,79 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 265,14
    +145,71 (+1,11 %)
     
  • S&P 500

    3 830,37
    +1,03 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3951
    -0,0062 (-0,45 %)
     

Deux dames de fer pour la finance post-Brexit

·2 min de lecture

Britanniques et Européens négocient en ce moment le cadre qui régira les relations post-Brexit dans le domaine des services financiers.

Ni sœurs, ni cousines, ni pièces rapportées… ces deux McGuinness n'ont pas le moindre lien familial. Mais, hasard de l'histoire, Catherine, cheffe politique de la City of London Corporation, institution qui chapeaute le célèbre quartier d'affaires, et Mairead, commissaire européenne (irlandaise) aux Services financiers, se retrouvent dans des camps opposés. Alors que Britanniques et Européens négocient en ce moment le cadre (les "équivalences" réglementaires) qui régira dans le domaine des services financiers, c'est ce même régime d'équivalences qui fixera aussi la part des activités de banque d'investissement et de trading restant à Londres. Mais pour le moment, les discussions s'enlisent et le ton monte.

"Le changement arrive, il ne peut pas être question [pour le Royaume-Uni] d'espérer recréer un marché unique dans ce secteur, quand on vient de le quitter" , a prévenu Mairead McGuinness, à l'occasion d'une interview à l'agence Bloomberg le 22 janvier. Tandis que Catherine McGuinness s'inquiétait dans une interview à l'AFP de l'attitude peu coopérative des Européens. "Vu l'intégration de nos marchés, nuire à Londres n'est pas forcément à l'avantage de nos partenaires de l'Union", taclait cette avocate de formation.

Lire aussi

Alors que les établissements de la City ne bénéficient plus depuis le 1er janvier du passeport financier qui leur permettait d'exercer leur business sur le continent, Catherine McGuinness sait que le Royaume-Uni pourrait perdre encore plus si un accord n'était pas trouvé. "J'espère que l'Union européenne suivra l'exemple de la Grande-Bretagne, qui a déjà donné des équivalences pour que les établissements européens puissent exercer leur métier, quel que soit le marché (actions, obligations, dérivés) sur le sol britannique", plaide-t-elle.

Dangereuse transition

Mais rien n'est moins sûr. Si le Royaume-Uni a commencé l'année 2021 avec des règles presque identiques au bloc continental, Mairead McGuinness met en garde contre tout relâchement régl[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi