Publicité
La bourse ferme dans 6 h 52 min
  • CAC 40

    7 609,92
    -18,88 (-0,25 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 904,67
    -10,80 (-0,22 %)
     
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0742
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • Gold future

    2 349,00
    +2,10 (+0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 702,39
    -393,46 (-0,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 385,49
    +47,74 (+3,57 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,13
    -0,44 (-0,54 %)
     
  • DAX

    18 095,02
    -36,95 (-0,20 %)
     
  • FTSE 100

    8 178,15
    -13,14 (-0,16 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 570,76
    +88,65 (+0,23 %)
     
  • HANG SENG

    18 430,39
    +514,84 (+2,87 %)
     
  • GBP/USD

    1,2729
    +0,0020 (+0,16 %)
     

Deux chauffeurs font condamner Uber : voici comment

Adobe Stock

Aujourd'hui, Uber est présent partout dans le monde et est utilisé chaque jour par des millions de personnes sur tous les continents. Une immense success-story pour cette entreprise américaine, qui a toutefois connu de nombreux déboires et autres polémiques en tout genre. Et l'une d'elles est toujours d'actualité et concerne les conditions de travail des chauffeurs. Ces derniers sont en effet pour la plupart indépendants et ne profitent donc d'aucune protection dans le cadre de leur activité. Ils ne peuvent pas prétendre à des congés payés ni à des indemnités légales de licenciement, entre autres. Ce qui pose de nombreux problèmes.

Une nouvelle affaire

Cependant, il se pourrait que cela soit en train de changer, alors que deux employés ont décidé de se rebiffer et de porter l'affaire en justice. Ces derniers estiment en effet être soumis à un lien hiérarchique employé / employeur avec la société de transport et veulent donc faire valoir leurs droits. Travaillant respectivement depuis 2017 et 2019 pour l'entreprise, les chauffeurs originaires de Toulouse ont donc décidé d'emmener cette dernière devant le conseil de prud'hommes. Et le résultat est sans appel, puisque ces derniers ont obtenu gain de cause de la part du juge, comme l'explique leur avocat...Lire la suite sur Autoplus