Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 996,39
    +47,37 (+0,12 %)
     
  • Nasdaq

    16 091,92
    +144,18 (+0,90 %)
     
  • Nikkei 225

    39 166,19
    -41,84 (-0,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0807
    -0,0035 (-0,32 %)
     
  • HANG SENG

    16 511,44
    -25,41 (-0,15 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 728,52
    +353,71 (+0,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    5 096,27
    +26,51 (+0,52 %)
     

Dette : malgré des « incertitudes », S & P laisse à la France son « AA »

Standard and Poor's émet toujours une perspective négative quant à l'évolution de la note française depuis plusieurs mois.  - Credit:PHILIPPE HUGUEN / AFP
Standard and Poor's émet toujours une perspective négative quant à l'évolution de la note française depuis plusieurs mois. - Credit:PHILIPPE HUGUEN / AFP

L'exécutif peut souffler. Ce vendredi 1ᵉʳ décembre, S & P laisse la note de la France inchangée : AA avec une perspective négative. L’agence de notation a indiqué laisser la note sous perspective négative en raison d’une « incertitude » quant aux « finances publiques de la France dans un contexte de déficit budgétaire élevé, quoiqu’en baisse lente, et d’une dette publique élevée ».

Bercy redoutait une dégradation synonyme de sanction envers la politique économique du gouvernement. « Cette décision est cohérente avec les choix du gouvernement en matière de finances publiques », a réagi dans la foulée le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire. « Plus que jamais, nous restons déterminés à réduire les dépenses publiques et à accélérer le désendettement de la France. Il y va de notre indépendance et du respect de nos engagements nationaux et européens », a-t-il ajouté.À LIRE AUSSI Dette : le jour où la France a perdu son triple A

S & P indique vendredi anticiper « une diminution de la dette publique en pourcentage du PIB à partir de 2025, quoique très progressivement », et estime que « la répercussion de la hausse des coûts d’emprunt due aux taux d’intérêt élevés sera progressive ».

« Nous estimons que nos prévisions budgétaires comportent encore des risques importants qui pourraient, s'ils se réalisaient, réduire encore davantage la flexibilité budgétaire de la France », note l'agence, citant par exemple des « conditions de financement plus strictes » ou « une f [...] Lire la suite