Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 869,66
    -354,18 (-0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Dette, récession… «la France est-elle devenue une menace pour la zone euro ?»

Stadtratte/Getty Images

Même si la nouvelle est presque passée inaperçue pour le grand public, elle constitue une réelle catastrophe pour la France, les Français et l’ensemble de la zone euro : au troisième trimestre 2023, la dette publique française a encore explosé pour atteindre un triste record historique. En l’occurrence, 3 088,25 milliards d’euros, soit 111,9% du PIB. Depuis deux trimestres, la France est ainsi entrée dans le top 3 des pays ayant les ratios dette publique / PIB les plus élevés de l’Union européenne, derrière la Grèce (165,5%) et l’Italie (140,6%) et devant l’Espagne (109,8%), la Belgique (108%) et le Portugal (107,5%), des pays qui étaient pourtant loin devant nous pendant des décennies. A titre de comparaison, il faut savoir que, sur les 27 pays de l’Union européenne, 16 pays affichent un ratio dette publique / PIB inférieur à 65%, et même inférieur à 60% pour 14 d’entre eux. Citons par exemple, l’Allemagne (64,8%), les Pays-Bas (45,9%), la République tchèque (44,5%), l’Irlande (43,6%), ou encore et l’Estonie (18,2%).

Autrement dit, l’explosion de la dette publique n’est pas une fatalité, y compris face à la pandémie, à la guerre en Ukraine et à l’inflation. De nombreux membres de l’Union ont effectivement réussi à limiter les dégâts, en dépit de la crise sanitaire, de la récession qui en a suivi, ou encore de la forte inflation des années 2021-2023. De quoi rappeler que la stratégie du «quoi qu’il en coûte» est certes favorable pour gagner du temps et masquer les problèmes, mais (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Paris : plusieurs dizaines de grands crus disparaissent de la cave du célèbre restaurant «La Tour d’argent»
Hauts-de-France : le coût des inondations de novembre et janvier revu à la hausse
Agriculteurs en colère : pourquoi les enseignes Leclerc sont-elles prises pour cible ?
Manifestation des agriculteurs : «un siège de la capitale dès lundi» annoncé par les syndicats, Gabriel Attal part sur le terrain
Jérôme Bayle : le rôle décisif de cet éleveur de bovins devenu porte-voix de la colère paysanne