La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 187,22
    +110,09 (+0,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

La dette publique de la France rapportée au PIB a diminué en 2021

L'endettement public français a été ramené fin 2021 à 112,5% du PIB, a indiqué mardi 31 mai l'Insee, profitant d'une croissance en forte hausse l'an dernier. La dette s'est établie à 2.813,1 milliards d'euros, à détaillé l'institut de statistiques, ce qui représente 112,5% du PIB contre une précédente estimation à la fin mars de 112,9%. La dette publique avait été de 114,6% fin 2020.

Le déficit public s'est pour sa part établi à 6,4% du PIB à la fin de l'année dernière, ce qui représente un montant de 160,7 milliards d'euros, contre une estimation de 6,5% à la fin mars. En 2020, le déficit public avait culminé à 8,9%. Si les comptes publics ont meilleure mine en 2021, c'est essentiellement dû à la reprise économique de 6,8% enregistrée l'an dernier, après la récession historique de 7,8% subie en 2020 et la politique du "quoi qu'il en coûte" menée par le gouvernement.

La dette publique et le déficit public évoluent toutefois encore bien au-dessus des limites fixées par les règles budgétaires de Maastricht qui tolèrent une dette à 60% du PIB et un déficit à 3%. Ces règles du Pacte de stabilité ont toutefois été suspendues début 2020 et jusqu'à fin 2022 en raison de la pandémie de Covid-19, puis de nouveau repoussées à la fin 2023 ces derniers jours, notamment en raison des conséquences économiques de la guerre en Ukraine.

Cette clause dérogatoire a permis d'engager des dépenses publiques exceptionnelles pour soutenir les ménages et les entreprises pendant la crise, creusant les comptes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Hôpital : Emmanuel Macron demande un rapport express sur la crise des services d’urgences
« Biens mal acquis » : Sonia Rolland aurait été mise en examen pour avoir accepté un appartement de l’ancien président gabonais
Variole du singe : les autorités britanniques recommandent de s'abstenir de rapport sexuel jusqu'à la fin des symptômes
Tickets resto, PER, prêt immobilier… tout ce qui change au 1er juin
Pekin : 5.000 personnes en isolement car un homme n'a pas respecté le confinement

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles