La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 609,15
    +34,79 (+0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 539,27
    +22,17 (+0,63 %)
     
  • Dow Jones

    30 218,26
    +248,74 (+0,83 %)
     
  • EUR/USD

    1,2127
    -0,0022 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 842,00
    +0,90 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    15 719,54
    +3,76 (+0,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    365,19
    -14,05 (-3,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    46,09
    +0,45 (+0,99 %)
     
  • DAX

    13 298,96
    +46,10 (+0,35 %)
     
  • FTSE 100

    6 550,23
    +59,96 (+0,92 %)
     
  • Nasdaq

    12 464,23
    +87,05 (+0,70 %)
     
  • S&P 500

    3 699,12
    +32,40 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    26 751,24
    -58,13 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    26 835,92
    +107,42 (+0,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,3438
    -0,0015 (-0,11 %)
     

La dette mondiale va atteindre un nouveau record en 2020

·2 min de lecture

Le niveau d'endettement dans le monde ne cesse de grimper et il s'est envolé avec la crise du coronavirus. Après un record à 322% du produit intérieur brut (PIB) fin 2019, la dette mondiale devrait atteindre 277 000 milliards de dollars fin 2020, soit 365% du PIB, selon l'Institute of International Finance (IIF). À fin septembre, elle avait déjà augmenté de 15 000 milliards de dollars depuis le début de l'année. Cette forte hausse, liée notamment au financement de vastes plans de relance, peut donner le vertige.

Les pays développés sont à l'origine de près de la moitié de la progression de l'endettement mondial. Ils ont vu leur dette totale — publique et privée — décoller à 432% de leur PIB à la fin du troisième trimestre, contre environ 380% fin 2019, précise L'Agefi. Ce bond résulte de l'effet combiné de l'endettement et de la baisse du PIB, en raison du confinement et des mesures de restrictions sanitaires.

La dette a déjà augmenté de 1 500 milliards de dollars sur les neuf premiers mois de l'année dans la zone euro, pour s'élever à 53 000 milliards fin septembre, proche du record de 55 000 milliards atteints en 2014. Aux Etats-Unis, la dette a progressé de 9 000 milliards cette année et devrait atteindre 80 000 milliards de dollars fin 2020. Tant que les banques centrales sont derrière, il n'y a toutefois pas lieu de s'inquiéter, selon Christopher Dembik, chef de la recherche macroéconomique chez Saxo Bank.

"Du fait des plans de relance, on a accentué un phénomène préexistant : les banque centrales détiennent des parts de plus en plus importantes de dettes souveraines", souligne-t-il. "Depuis mars, la banque centrale européenne (BCE) a racheté 70% des émissions de dettes publiques." Aux Etats-Unis, la Réserve fédérale (Fed) a racheté 57% des émissions. Ce taux monte à 75% du coté de la banque centrale japonaise, précise Christopher Dembik. On assiste en quelque sorte à "une nationalisation du marché obligataire" (marché de la dette).

Les grandes banques centrales (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Danone supprime 2 000 emplois, dont 400 à 500 en France
La valeur du bitcoin dépasse 18 000 dollars, portant sa capitalisation boursière à un niveau record
Le Boeing 737 MAX peut de nouveau voler aux Etats-Unis
73% des gels hydroalcooliques sur le marché seraient non conformes, et 35% seraient dangereux selon la DGCCRF
Michel-Édouard Leclerc de nouveau en tête du classement LinkedIn des influenceurs français en 2020