La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    19 936,56
    +45,58 (+0,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2274
    +0,0013 (+0,11 %)
     

La dette mondiale devant le mur de la hausse des taux

La dette a atteint des niveaux inquiétants dans le monde à mesure que les taux d'intérêt remontent, poussant Davos à s'interroger sur des risques de futures "crises des dettes".

Arme nécessaire pour lutter contre les crises, la dette a atteint des niveaux inquiétants dans le monde à mesure que les taux d'intérêt remontent, poussant Davos à s'interroger sur des risques de futures "crises des dettes".

La dette publique est proche de 120% du PIB au sein des pays avancés, a évalué mercredi la numéro deux du Gita Gopinath au cours d'une table ronde sur le sujet. Et elle a "significativement augmenté" parmi les pays émergents et en développement. Plus de la moitié des pays à faibles revenus sont déjà en situation de "détresse" ou à haut risque de le devenir, a-t-elle averti. "On pourrait certainement voir une intensification de ces situations de détresse", a poursuivi l'ancienne cheffe économiste de l'institution, écartant cependant pour l'instant un scénario de "crise de la dette" à l'échelle mondiale, .

Les dettes publiques se sont particulièrement creusées avec les deux dernières crises mondiales d'ampleur: financière en 2007-2008 avec les "subprime", puis sanitaire avec le Covid-19 qui a imposé aux gouvernements de sortir le chéquier partout dans le monde. Désormais l'inquiétude domine quant à la manière de les gérer.

"C'est un problème économique plus important pour l'avenir que presque tout ce dont nous avons parlé", a lancé à Davos le milliardaire américain David Rubenstein, fondateur du fonds d'investissement Carlyle, lors d'une table ronde abordant les risques de récession, la et les chaînes d'approvisionnement sous tension extrême.

D'autant qu'il n'y a pas que la dette des Etats: selon l'Institut de Finance Internationale (IIF) basé à Washington, la dette publique et privée, entreprises et ménages, a culminé au premier trimestre au niveau record de 305.000 milliards de dollars. Surtout, après des années de taux d'intérêt au plancher, les banques centrales ont enclenché les hausses de taux pour contrer l'inflation. Cela renchérit les coûts d'emprunt des États, qui continuent à beaucoup dépenser pour soutenir leurs économies, ainsi que[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles