Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,57 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 089,11
    -466,34 (-0,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 326,80
    -33,52 (-2,46 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,34
    +0,17 (+0,21 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,66 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,23 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2645
    -0,0015 (-0,12 %)
     

Dette française : « Le scénario le plus probable est celui d’une dégradation de la note »

Après Fitch, l'agence de notation Standard & Poor's s'apprête, très vraisemblablement, à dégrader la note de la dette française à son tour.  - Credit:LEX VAN LIESHOUT / ANP MAG / ANP via AFP
Après Fitch, l'agence de notation Standard & Poor's s'apprête, très vraisemblablement, à dégrader la note de la dette française à son tour. - Credit:LEX VAN LIESHOUT / ANP MAG / ANP via AFP

Après la dégradation de la note de la dette de la France par Fitch au printemps, est-ce au tour de l’agence de notation S & P de nous rétrograder ce vendredi 1er décembre ?

Pour Norbert Gaillard, économiste indépendant et spécialiste du risque souverain, nous avons peu de chances d'échapper au scénario le plus pessimiste… Entretien.

Le Point : Quel est le scénario le plus probable ?

Norbert Gaillard : Lors de la dernière mise à jour de la note de la dette en juin dernier, S & P a certes maintenu la France dans la catégorie « AA », mais avec une perspective négative. Or, les prévisions pour 2024 du département d’analyse économique de S & P se sont dégradées depuis six mois.

PUBLICITÉ

À LIRE AUSSI La France, engluée dans la croissance molleLa croissance française pour l'année prochaine a été revue à la baisse de 0,8 % à 0,4 %. Le déficit budgétaire est désormais attendu par l'agence de notation à 5,1 %, au lieu de 4,5 %. Le plus inquiétant, c'est sans doute qu'ils tablaient sur une réduction du déficit auparavant, mais ce n'est plus le cas aujourd'hui… et l'espoir de revenir à 3 % en 2027 ne tient plus. Le scénario le plus probable est donc celui d'une dégradation de la note, d'autant plus que le problème est structurel. Historiquement, la France ne sait pas réduire son déficit quand la croissance revient, et le creuse énormément pendant les périodes de retournement conjoncturel.

Qu'est-ce qui pourrait nous éviter cette dégradation ?

Tout n'est bien sûr pas négatif. Nous a [...] Lire la suite