La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    31 154,54
    -247,47 (-0,79 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 726,80
    -48,60 (-2,74 %)
     
  • BTC-EUR

    39 266,96
    -2 325,06 (-5,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    951,15
    +18,01 (+1,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,02
    -1,51 (-2,38 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 277,06
    +157,63 (+1,20 %)
     
  • S&P 500

    3 839,07
    +9,73 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3954
    -0,0058 (-0,42 %)
     

Dette: les Français ne veulent pas payer

·2 min de lecture

EDITO/ SONDAGE - Seuls 7 % des Français sont prêts à rembourser la dette aux termes prévus. Pour les autres, il faut gagner du temps, annuler la "dette Covid"... ou faire payer les riches. L'argent magique n'a pas fini de faire des dégâts.

Dans le débat sur la dette publique, les postions sont désormais assez claires : celle du gouverneur de la Banque de France, ("Une dette doit être remboursée"), celle des radicaux, essentiellement en France, qui prônent une annulation, emmenés par Jean-Luc Mélenchon et l’économiste Gaël Giraud ; et entre les deux, celles de toute une palette d’intervenants plus classiques, qui cherchent néanmoins des marges de manœuvre, depuis l’ancien chef économiste du FMI, Olivier Blanchard dans Les Echos, jusqu’à Alain Minc et sa proposition de dette perpétuelle. Mais qu’en pensent les Français ?

Un sondage Odoxa-Aviva réalisé pour Challenges et BFM Business (voir ci-dessous) montre, sans surprise, que seuls 7 % des Français sont pour le remboursement selon les termes prévus. Et qu’à l’inverse, ils sont un tiers à soutenir qu’il "ne faut tout simplement pas rembourser la dette Covid". Parmi les autres, deux sous-tendances : 30 % sont prêts au remboursement, mais en l’étalant dans le temps (un schéma que le gouverneur de la Banque de France est prêt à étudier) ; et 39 % des personnes interrogées poussent l’idée qu’il faudrait en rembourser "une bonne partie avec une contribution exceptionnelle des grandes fortunes" ! Une fois de plus, notre pays montre sa pente naturelle à faire payer les riches : heureusement qu’il n’a pas été précisé que les 600 milliards de dette française dans les coffres de la banque centrale correspondaient peu ou prou aux avoirs des … Thomas Piketty, l’économiste et auteur de Capital et idéologie, s’en chargera bien assez tôt.

"Argent magique"

"L’argent magique" n’a donc pas fini de faire des dégâts, même si nos gouvernants répètent à l’envie "qu’il n’existe pas", à commencer par le président de la République et son ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance. Et pourtant il faut un joli tour de passe-passe avec la lutte contre les effets du Covid.

Car il y a une belle dose de non-dit sur ce financement : "La Banque centrale européenne (BCE) [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi