Publicité
Marchés français ouverture 4 h 44 min
  • Dow Jones

    39 806,77
    -196,82 (-0,49 %)
     
  • Nasdaq

    16 794,88
    +108,91 (+0,65 %)
     
  • Nikkei 225

    39 123,13
    +53,45 (+0,14 %)
     
  • EUR/USD

    1,0855
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    19 354,63
    -281,59 (-1,43 %)
     
  • Bitcoin EUR

    65 373,80
    +3 993,49 (+6,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 513,27
    +158,85 (+11,72 %)
     
  • S&P 500

    5 308,13
    +4,86 (+0,09 %)
     

Dette américaine : une « pause » dans les discussions fait craindre un défaut de paiement

CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

Les États-Unis sont-ils en train de se rapprocher d’un défaut de paiement sur leur dette ? La Maison Blanche et l’opposition républicaine ont annoncé vendredi une « pause » dans leurs discussions autour de la dette publique, dont le plafond est actuellement fixé à 31 000 milliards de dollars. À Wall Street, le cours de la Bourse a viré au rouge, l’indice Dow Jones terminant la journée sur une baisse de 0,33 %.

Pour Patrick McHenry, représentant républicain à la table des négociations, « les différences sont grandes sur beaucoup de sujets ». Les Républicains demandent en effet des coupes budgétaires drastiques, et exigent une réduction des dépenses publiques de 130 milliards de dollars pour autoriser un relèvement du plafond de la dette. De même, la porte-parole de la Maison Blanche Karine Jean-Pierre a reconnu « de vraies divergences » sur le sujet, évoquant des discussions « difficiles ».

Joe Biden « pense toujours » pouvoir « éviter un défaut »

Les échanges entre Démocrates et Républicains ont néanmoins repris après la pause. « Des discussions viennent de se terminer il y a quelques instants à peine », assure Karine Jean-Pierre. Face à des discussions houleuses, Joe Biden se veut optimiste. « Je pense toujours que nous serons capables d’éviter un défaut », a déclaré le président des États-Unis au sommet du G7 à Hiroshima. Pour autant, le locataire de la Maison Blanche n’entend pas céder aux demandes « extrêmes » de ses adversaires républicains. Karine Jean-Pierre affi...


Lire la suite sur LeJDD