Marchés français ouverture 1 h 32 min
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 148,08
    -460,51 (-1,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,2134
    -0,0018 (-0,15 %)
     
  • HANG SENG

    28 039,52
    +25,71 (+0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    47 383,58
    +1 563,86 (+3,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 557,45
    +1 314,77 (+541,77 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     

Destination. La Thaïlande s’apprête à lancer un visa spécial “nomades numériques”

Nikkei Asia (Tokyo)
·2 min de lecture

La Thaïlande est bien partie pour être le premier pays asiatique à créer un visa de quatre ans destiné aux travailleurs à distance, annonce le magazine Nikkei Asia.

L’idée avait été lancée en décembre 2020 par le Thaïland Board of Investment, l’agence gouvernementale chargée de promouvoir les investissements étrangers en Thaïlande. Depuis, elle a été validée par le Center for Covid-19 Situation Administration : la Thaïlande devrait donc très prochainement devenir le premier pays en Asie à proposer un visa de quatre ans pour attirer sur son sol une population qu’elle a fait jusqu’à présent semblant d’ignorer, celle des “nomades numériques”, rapporte l’hebdomadaire Nikkei Asia.

“Selon Global Workplace Analytics, le nombre de travailleurs à distance a augmenté de 140 % depuis 2005 et rien ne laisse penser que cette progression va ralentir. Pieter Levels, qui dirige le site Nomadlist.com, estime qu’ils seront 1 milliard d’ici 2035. Pourtant, pas un seul pays asiatique n’a encore tenté de profiter de ce mouvement de fond et d’attirer cette population”, constate le magazine japonais.

À lire aussi: Tendance. Travailler à distance (et légalement) sur une plage de Bali

Une extension du très sélectif Smart Visa

Bangkok, la ville de Chiang Mai, dans le nord du pays, et l’île de Koh Phangan, dans le golfe de Thaïlande, comptent certes depuis déjà des années parmi les destinations favorites des “nomades numériques”, au même titre que Taipei et Canggu (sur la côte ouest de Bali) ou encore Séoul et Phnom Penh. Mais la plupart des travailleurs à distance étrangers qui séjournent en Asie se trouvent légalement dans une “zone grise”, souligne Nikkei Asia : ils n’ont qu’un visa de touriste qui leur interdit en principe de travailler sur place.

L’Indonésie envisage elle

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :