La bourse ferme dans 3 h 55 min
  • CAC 40

    5 809,99
    -20,66 (-0,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 690,41
    -14,44 (-0,39 %)
     
  • Dow Jones

    30 924,14
    -345,96 (-1,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,1943
    -0,0036 (-0,30 %)
     
  • Gold future

    1 694,30
    -6,40 (-0,38 %)
     
  • BTC-EUR

    39 645,38
    -1 757,04 (-4,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    946,40
    -40,81 (-4,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,37
    +1,54 (+2,41 %)
     
  • DAX

    13 969,36
    -86,98 (-0,62 %)
     
  • FTSE 100

    6 672,19
    +21,31 (+0,32 %)
     
  • Nasdaq

    12 723,47
    -274,33 (-2,11 %)
     
  • S&P 500

    3 768,47
    -51,25 (-1,34 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3820
    -0,0074 (-0,53 %)
     

"Destin: la saga Winx": c'est quoi, cette série fantastique qui cartonne sur Netflix?

Benjamin Pierret
·4 min de lecture
Le casting de
Le casting de

La nouvelle star du podium de Netflix est une fée. La série fantastique Destin: la saga Winx, dévoilée vendredi sur la plateforme, s'est emparée de la première place du Top 10 France. Elle suit une bande d'adolescentes fées qui luttent contre les forces du mal au sein d'Alféa, école de magie située dans L'Autre Monde, à l'abri des humains. Et les abonnés du géant du streaming l'attendaient depuis trois ans.

Annoncée en 2018 par Netflix, Destin: la saga Winx est une adaptation de Winx Club, dessin animé italien qui a marqué toute une génération d'enfants dans les années 2000. Aujourd'hui adolescents ou jeunes adultes, ils avaient hâte de voir leur Madeleine de Proust remise au goût du jour dans une adaptation en prises de vue réelles.

Plus forte que Lupin

L'attente était telle qu'en cinq jours, les fées de Winx ont réussi à supplanter Lupin, carton international porté par Omar Sy, désormais relégué à la deuxième place du classement français.

À mi-chemin entre Harry Potter et Gossip Girl, Destin: la saga Winx suit Bloom, une adolescente californienne qui découvre qu'elle est une fée. L'intrigue démarre avec son arrivée à Alféa, où elle va apprendre à maîtriser ses pouvoirs magiques, se faire des amis, composer avec les rivalités entre étudiantes et s'acoquiner avec les beaux Spécialistes, les étudiants masculins de l'académie. Outre ces considérations lycéennes, Bloom doit aussi combattre les "brûlés" et autres sorcières, les ennemis des fées.

https://www.youtube.com/embed/1e2naA6q8rQ?rel=0

Au centre de cette nouvelle mouture, les amateurs du genre auront reconnu Abigail Cowen dans le rôle de Bloom. L'actrice américaine tient l'un des rôles secondaires des Nouvelles aventures de Sabrina, autre série fantastique Netflix tirée d'un programme des années 2000.

Succès commercial, critiques mitigées

Transformer Winx Club en série pour les ados des années 2020 n'était pas un mince défi. Ce dessin animé tout en paillettes inspiré des magical girls japonaises (Sailor Moon, Magical Doremi) devait s'adapter à un public abreuvé des sombres Riverdale, Euphoria et autres Elite, tout en gardant l'ADN d'origine. Brian Young, ancien scénariste de la série The Vampire Diaries, a été choisi pour réaliser l'exploit:

"(Il fallait trouver) le ton", explique-t-il au Guardian. "Essayer de trouver comment ancrer la série avec de vrais personnages (...) c'est très facile de tomber dans l'absurde, avec ce genre de choses."

Et malgré la présence du créateur du dessin animé Ignio Straffi dans l'équipe de production, les fées d'Alféa ont subi un relooking total. Adieu les ailes et les scènes de transformation: Destin: la saga Winx troque un monde rose bonbon contre un univers visiblement inspiré de la Dark Academia, une esthétique qui fait fureur sur TikTok et Tumblr en mêlant atmosphère universitaire et noirceur gothique. L'entre-deux qui en résulte, s'il se traduit par un succès commercial certain, s'accompagne également d'un mécontentement critique.

https://www.youtube.com/embed/0L4wXoPKvYA?rel=0

"Épargnez-vous Destin: la saga Winx", prévient ainsi le site Mademoizelle, qui parle de "trahison". RTL regrette une intrigue "cousue de fils blancs": "Si vous étiez fan du dessin animé d'origine et qu'il s'agit pour vous d'une œuvre impeccable, nous ne pouvons que vous conseiller de vous éloigner le plus possible de Destin: la saga Winx".

Pour le site américain Rotten Tomatoes - qui fait autorité dans le domaine des critiques d'internautes - il s'agit d'un "fantastique flop qui ne parvient pas à recréer la magie du matériau d'origine".

Les non-fans charmés

L'autre sujet d'irritation vient du casting, que beaucoup ne jugent pas représentatif des personnages de Winx Club. Les héroïnes du dessin animé assuraient au programme une diversité quasi-totale. Comme le rapporte Refinery29, beaucoup de fans regrettent de voir que Musa, la fée asiatique de Winx Club, soit interprétée par une actrice caucasienne. Il en va de même pour Flora, la fée latina, qui semble avoir été remplacée dans Destin par la blanche Terra.

Autant de doléances qui n'empêchent pas le programme de caracoler en têtes des plus vus de la plateforme. Et certaines critiques sont plus indulgentes - Konbini la juge "assez divertissante", Première estime qu'elle "fait le job", Le Parisien salue une série "bien ficelée" par laquelle "on se laisse facilement embarquer". En d'autres termes: les fans de Winx Club risquent la déception, mais les amateurs de teen-dramas à la sauce fantastique s'y retrouveront.

Article original publié sur BFMTV.com