Marchés français ouverture 8 h 29 min
  • Dow Jones

    33 919,84
    -50,63 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    14 746,40
    +32,49 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    29 839,71
    -660,34 (-2,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1729
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    35 094,90
    -2 530,47 (-6,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 016,33
    -47,52 (-4,47 %)
     
  • S&P 500

    4 354,19
    -3,54 (-0,08 %)
     

Services secrets: les dessous de l'affaire DGSE vs Alain Duménil

·2 min de lecture

Les services secrets sont empêtrés dans un imbroglio financier et accusés de tentative d’extorsion par l’homme d’affaires franco-suisse. La justice est saisie.

Dans les prochaines semaines, Bernard Bajolet et son successeur à la tête de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) doivent être convoqués par une juge d’instruction. Le service est accusé de séquestration et de tentative d’extorsion sur Alain Duménil, un homme d’affaires franco-suisse avec qui il avait investi de manière hasardeuse dans un groupe de luxe. Longtemps membre , cet ancien banquier, habitué aux acrobaties financières, se pose en victime de l’appareil d’Etat, affirmant s’être exilé à Milan : "Quand vous êtes persécuté, vous avez intérêt à prendre de la distance avec la République française, qui est sous l’influence de la DGSE." Comment nos services secrets se sont-ils laissés embarquer dans cette histoire rocambolesque ?

Fonds luxembourgeois

L’origine de l’affaire remonte aux années 1990. La DGSE décide, pour des motifs obscurs, d’investir une partie de son "patrimoine privé" (le service, qui s'est vu reverser des pénalités de guerre et des financements de l'Otan, met depuis 1945 de l'argent dans des fonds ou entreprises, Ndlr) dans la société France Luxury Group, dirigée par François Barthes, qui a racheté à bas prix des marques de prêt-à-porter en difficulté (Jean-Louis Scherrer, Emmanuelle Khanh…). Via des sociétés françaises et luxembourgeoises, la DGSE avance 23 millions d’euros et devient actionnaire majoritaire. Mais les pertes s’accumulent. Alain Juillet, un ancien du "service action" reconverti dans le business, est mandaté pour sortir la DGSE de ce bourbier. C’est lui qui va contacter Alain Duménil en 2002. L’homme d’affaires a fait fortune en revendant sa petite banque, puis a créé la foncière Acanthe, propriétaire d’immeubles à Paris et Bruxelles (144 millions de patrimoine). Il a aussi mis la main . D’où l’idée d’absorber le groupe de Barthes.

Tour de passe-passe

Le deal prend la forme d’un échange de titres. Alain Duménil s’empare de France Luxury Group et cède une partie du capital du holding Smalto, rebaptisé Alliance Desi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles