La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 242,21
    -276,97 (-0,97 %)
     
  • EUR/USD

    1,2082
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 862,77
    +288,91 (+1,01 %)
     
  • BTC-EUR

    30 145,43
    +527,21 (+1,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    707,57
    -27,58 (-3,75 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Les dessous de la bataille entre Paris et l'Etat pour l'héliport d'Issy-les-Moulineaux

·2 min de lecture

ENQUÊTE - L'héliport de Paris est au coeur d'un bras de fer entre la Ville de Paris et l'Etat. La concession de ce lopin de 7 hectares à Aéroports de Paris vient à son terme en 2024. Paris est déterminée à le rayer de sa carte, quand la direction de l'aviation civile, sous tutelle du ministère de l'Ecologie, veut tout faire pour le conserver.

Une pelouse boueuse derrière une bretelle du périphérique. Une étendue d’herbe tondue ras, bordée de quelques hangars et d’une rangée d’arbres nus, à l’ombre de hauts immeubles. Autrefois, les lourdes portes en ferraille d’un entrepôt s’ouvraient et laissaient s’échapper un Airbus H135, pour une visite privée de la skyline parisienne ou pour un voyage d’affaires. Mais aujourd’hui, rares sont les hélicoptères venant de Bruxelles, de Roissy ou de Londres qui se posent ici, à l’héliport d’Issy-les-Moulineaux. L’épidémie du Covid-19 a mis un coup d’arrêt aux principales activités du seul héliport de Paris, une plaine verte et grise à une cinquantaine de mètres de “Balard”, le ministère de la Défense.

Lire aussi

Ce lopin de terre ne s’étend que sur sept hectares. Pourtant, il fait l’objet d’un bras de fer sans merci entre la Ville de Paris et l’Etat. Propriété de la ville de Paris, le terrain est exploité par le (Aéroports de Paris) : la concession qui encadre cet emploi arrive à échéance en 2024. Anne Hidalgo, maire de Paris (PS) en alliance inédite avec le maire du 15e arrondissement Philippe Goujon (LR), promet à corps et à cris que la concession ne sera pas renouvelée. Elle préfère , mélangeant nouvelles constructions et espaces verts.

Mais pour la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile, étrangement rattachée au ministère de la Transition écologique), qui surveille l’héliport comme le lait sur le feu, il n’en est pas question. Bien que “la convention conclue entre la ville de Paris et le groupe ADP (...) expire fin 2024, il paraît indispensable de maintenir la présence de cet héliport à Paris-Issy”, nous fait savoir cette direction, qui gère la sécurité des transports et couloirs aériens en France.

Vital pour la région

Selon la DGAC et ADP, l’héliport est vital pour l’écosystème régional en ce qu’il assure des missions de service public, comme des évacuations sanitaires d’urgence médicales. Près de 8.000 mouvements sur les 12.000 maximum abrités annuellement [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi