Marchés français ouverture 6 h 54 min
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    29 639,03
    +673,02 (+2,32 %)
     
  • EUR/USD

    1,2092
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,99 (-3,64 %)
     
  • BTC-EUR

    38 302,58
    +79,71 (+0,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    925,51
    -7,63 (-0,82 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     

La descente aux enfers d’Euronews, en pleine crise financière

·2 min de lecture

Euronews est dans la tourmente. Mardi 9 février, une cinquantaine de salariés se sont mis en grève pour 24h -la première grève intersyndicale de l’histoire de la chaîne d’information internationale. Ils protestent contre un plan social qui va entraîner 30 à 40 départs, sur un effectif d’environ 500 permanents. “Le site web en langue turque, qui est aujourd’hui le seul média indépendant dans cette langue, est menacé de fermeture, de même que les émissions en langue italienne”, craint un représentant du personnel. Ces suppressions de postes font partie d’un plan d’économies tous azimuts, qui comprend aussi le non remplacement des journalistes malades, la réduction des piges, le gel des recrutements et d’une partie des charges sociales, des reports de loyers, la revente de créances (affacturage)...

Explication : la chaîne basée à Lyon traverse une crise de liquidités aiguë. Les lourdes pertes ont consommé la quasi-totalité de la trésorerie, tombée de 63 à 3,7 millions d’euros entre 2015 et 2019 pour la maison mère (hors filiales). Toutefois, grâce au plan d’économies drastique mis en place, cette trésorerie n’a pas diminué en 2020.

Selon les informations de Capital, Euronews a aussi demandé une aide d’urgence à son principal actionnaire, Naguib Sawiris, qui détient 87,7% du capital. En juillet 2020, le magnat égyptien a prêté à la chaîne 8,5 millions d’euros, à rembourser fin 2021. Mais il a imposé un taux d’intérêt élevé de 8% vu le risque. Le 2 décembre 2020, il a aussi dû fournir une lettre de confort promettant qu’il assurerait la continuité d’exploitation durant au moins un an.

Résultat : la chaîne ne vaut plus grand chose. L’an dernier, NBC a revendu ses 25% pour seulement 3 millions d’euros, alors que cette participation avait été achetée à peine trois ans plus tôt pour 25 millions d’euros.... La chaîne américaine s’est retirée car elle envisage de lancer une chaîne d’information internationale avec le britannique Sky News qui fait partie du même groupe depuis 2018. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Suez-Veolia : la bataille judiciaire continue
Amazon met la main sur son concurrent australien
Amazon ouvre sa première usine en Inde
Faire rénover et entretenir son habitat en toute confiance en Nouvelle-Aquitaine
Linky : la CNIL rend sa décision sur les pratiques d’EDF