Marchés français ouverture 8 h 22 min
  • Dow Jones

    31 490,07
    -1 164,52 (-3,57 %)
     
  • Nasdaq

    11 418,15
    -566,37 (-4,73 %)
     
  • Nikkei 225

    26 911,20
    +251,45 (+0,94 %)
     
  • EUR/USD

    1,0477
    -0,0079 (-0,74 %)
     
  • HANG SENG

    20 644,28
    +41,76 (+0,20 %)
     
  • BTC-EUR

    27 799,94
    -1 337,96 (-4,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,57
    -20,11 (-3,00 %)
     
  • S&P 500

    3 923,68
    -165,17 (-4,04 %)
     

Derrière ses futures options payantes, Telegram cherche son modèle économique

La dernière version d'essai de l'application de la messagerie en ligne introduit de nouvelles options accessibles via un abonnement premium. Derrière l'apparition de cette offre payante, se cache la périlleuse recherche d'un modèle économique pour Telegram.

Bientôt la fin de la gratuité absolue sur ? Le canal "Telegram Bêta", spécialisé dans l'exploration des versions d'essai de la messagerie en ligne a dévoilé, dimanche 1er mai, une vidéo montrant de nouveaux stickers, emojis et réactions, destinés à être réservés aux futurs utilisateurs premium de l'application. Ces fonctionnalités sont donc d'ores et déjà disponibles sur la dernière version d'essai de l'application, signes d'une arrivée prochaine. En revanche, pas d'information sur les tarifs, la date de sortie, et les zones géographiques visés par Telegram, qui n'a pas répondu aux sollicitations de Challenges. Derrière ce choix se cache l'ambition de la plateforme de devenir rentable. Quitte à prendre des risques.

Marianne Lumeau, économiste à l'université d'Angers explique: "Jusque-là, le modèle principal de Telegram, qui n'a pas au départ été créé pour faire du profit, c’était le mécénat. La plateforme reposait sur l’utilisation des fonds de Pavel Dourov, le co-fondateur. Mais il y a maintenant besoin de plus de moyens, le nombre d’utilisateurs croissant depuis deux ans", boosté par la fuite de certains utilisateurs de Whatsapp et de Twitter. Entre le premier trimestre 2020 et le premier trimestre 2021, le nombre de téléchargements de l'application a augmenté de 61%, et le stade du milliard de téléchargements a été atteint à la fin de l'été 2021. Un plateau suffisant pour entamer une monétisation. "Les serveurs coûtent maintenant plusieurs centaines de millions d’euros à Telegram. La question, pour l'entreprise, c'est de les trouver", explique Thomas Houy, maître de conférences en management à Télécom Paris. Une fois son amorçage réussi, Telegram doit trouver des sources de revenus.

"Toutes les fonctionnalités actuellement gratuites le restero[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles