La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 638,46
    -63,52 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,51
    -36,41 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,20 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1718
    -0,0029 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 750,60
    +0,80 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    36 945,39
    +288,68 (+0,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 067,20
    -35,86 (-3,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,95
    +0,65 (+0,89 %)
     
  • DAX

    15 531,75
    -112,25 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 051,48
    -26,87 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,50 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,84 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3681
    -0,0040 (-0,29 %)
     

Depuis son exil chinois, Smart rêve d'un SUV électrique

·2 min de lecture

L’exil de Smart en Chine ne signifie pas son retrait du marché européen, loin s’en faut. Son premier SUV électrique sera conçu comme il se doit par Mercedes-Benz, mais assemblé par son partenaire Zhejiang Geely. En ligne de mire, la Mini Countryman.

Depuis l’annonce en décembre 2020 de la cession par Daimler de son usine Smart en Moselle, la rumeur court que la marque de petites voitures est à l’article de la mort. Ses chiffres de ventes dégringolent et la nouvelle de conforte les gens dans leur croyance que le duo de puces allemandes à moteur arrière n’a plus guère d’avenir. C’est d’ailleurs pour cela que Daimler aurait déménagé leur fabrication jusqu’en Chine, chez Geely, dans le cadre d’une opération de la dernière chance.

Les voitures Smart seront toutes assemblées en Chine, dans le cadre de la coentreprise entre Daimler Geely

En vérité, Daimler est loin de renoncer au marché européen de la petite voiture. C’est juste que la définition technique de ses ForTwo et ForFour ne répond plus ni aux attentes de la clientèle ni aux enjeux de ce segment du marché automobile. Le vendeur Smart s'abrite derrière le fait que l’automobiliste européen couvre une soixantaine de kilomètres par jour en moyenne (bien moins encore s’il réside et travaille en ville), mais le client n’en a cure : il lui rétorque que l’autonomie des Smart lui semble trop juste, particulièrement au regard de leur prix de vente : entre 111 et 130 kilomètres (WLTP) pour une batterie de 17,6 kWh, quand leur cousine Renault Twingo Z.E. annonce 190 km pour 22 kWh.

Là n’est pas le seul obstacle qui entrave la marche de Smart verse le succès. La rentabilité même de la petite voiture de ville est sérieusement entamée par le durcissement des normes de pollution, au point de décourager la plupart des constructeurs généralistes qui renoncent à renouveler leurs modèles. Daimler croyait contourner le problème en , mais elles n’ont pas trouvé leur clientèle. Preuve que la petite voiture ne peut impunément gonfler ses prix, même lorsqu’elle s’appelle Smart.

Le Concept #1 ouvre un nouveau chapitre stylistique pour Smart, dans un registre plus mature

Voici donc Smart contraint de chercher une échappatoire par le haut. La preuve avec cette étude de style “Concep[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Renault Twingo électrique : en retard mais pas larguéePetites voitures uniquement électriques: une stratégie suicidaire?Pourquoi Toyota persiste dans la petite voiture quand Renault renonce à la TwingoQuand la Twingo s’arrête, la Toyota Aygo se mue en un SUV de pochePourquoi Renault met fin à l'alliance avec Daimler (Mercedes)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles