La bourse est fermée

Dentistes : les prix de certaines interventions encadrés, bonne nouvelle pour les patients

(Getty)

La ministre de la Santé Marisol Touraine a dévoilé la réforme des tarifs de soins dentaires, au grand dam des syndicats de dentistes.

Vers une baisse des tarifs pour certains soins dentaires. C’est ce qui ressort de la réforme des tarifs des soins dentaires, présentée vendredi par la ministre de la Santé Marisol Touraine, après l’échec de premières négociations entre syndicats de dentistes et assurance maladie. Cette réforme est issue d’un arbitrage, qui a poussé de entre 6 000 et 10000 dentistes dans la rue le 3 mars dernier.

Ainsi, par exemple, le nouveau plafond tarifaire maximal de la couronne céramo-métallique, qui sera fixé à 550 euros en 2018, diminuera jusqu’à 510 euros en 2020. La base de remboursement des couronnes sera en hausse, passant de 107,5 à 120 euros en 2019. Jusqu’à aujourd’hui, le prix des prothèses n’était pas plafonné, et librement fixé par les dentistes. Cela reviendra à réduire “le reste à charge”, c’est-à-dire ce qui doit être payé par le patient de sa poche une fois tous les remboursements effectués.

Baisse de 45% du reste à charge d’ici 2020

Par exemple, pour un patient avec un devis de 540€ pour la couronne, 250€ pour l’inlay-core. Avant la réforme, l’Assurance maladie obligatoire et la complémentaire santé prennent en charge 626€. Il reste 164€ à la charge du patient.

À partir de l’entrée en vigueur de la réforme, au 1er janvier 2018, le dentiste ne pourra pas facturer plus de 550€ sur la couronne et 250€ sur l’inlay-core. L’Assurance maladie obligatoire et la complémentaire santé prendront en charge 644€. Il restera désormais 146€ à la charge du patient, soit une réduction de 11%.

La situation s’améliorera en 2019 et 2020 pour atteindre une baisse du reste à charge de 45 % par rapport à la situation actuelle. Différents cas pratiques sont données par le ministère.


Les plafonds de remboursement seront également revalorisés pour les bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire, et la prise en charge complète sera étendue à de nouveaux actes.

Un gain de 7 600 euros d’honoraires d’ici à 2021

En contrepartie,  le gouvernement a annoncé une revalorisation des tarifs des “soins conservateurs”, pour environ 658 millions d’euros, répartis sur 4 ans. Exemple, pour la restauration d’une dent sur un type de carie, un chirurgien dentiste gagnera 67 euros en 2018, contre 41 euros actuellement. Autre coût revalorisé, celui d’un consultation avec un patient “atteint de handicap mental et/ou psychique sévère”, plus longue et complexe,  qui augmentera de 60 euros

Ces revalorisations devraient entrainer “un gain moyen de 7 600 euros d’honoraires supplémentaires par chirurgien-dentiste libéral d’ici à 2021”, assure le ministère. L’annonce de ces réformes ne satisfait pas les dentistes, qui gardent une dent contre le gouvernement. Ils promettent “de durcir les actons dans la rue”.