La bourse est fermée

Dentifrice, stick à lèvres, bonbons au chocolat... L'UFC-Que Choisir dépose 9 plaintes

Illustration

L’UFC-Que Choisir dépose 9 plaintes après avoir décelé la présence de nanoparticules dans “16 produits” testés.

Des bonbons au chocolat, un déodorant, un dentifrice… Des produits du quotidien qui contiennent des nanoparticules dissimulées. Au total, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir annonce déposer 9 plaintes contre des fabricants de produits alimentaires et cosmétiques.

Au total, 16 produits sont visés par l’association de consommateurs. Les M&M’s Peanut, le déodorant Sanex Natur 48h, le dentifrice Aquafresh triple protection, la soupe ‘Poule au Pot’ de Casino, ou encore le stick à lèvres nourrissant Avène, sont notamment cités.

Dentifrice, café, soupe…

Les neuf plaintes visent le groupe Casino, pour la soupe vendue, JDE (Maxwell Cappuccino), Mars Chocolat France (M&M’s), Mc Cormick (Ducros Mélange Malin Italien), Colgate-Palmolive (déodorant Sanex), Lavera Gmbh & Co. KG (crème solaire), Avene (stick 0 lèvres nourrissant), Coty (Gloss de chez Bourjois) et GlaxoSmithKline (dentifrice Aquafresh).

La plainte est déposée “pour non-respect de l’obligation légale de signalement sur l’emballage”, indique l’association de consommateurs dans un communiqué. Sur les 16 produits analysés, seuls 3 indiquent la présence de nanomatériaux sur leur emballage.

Un potentiel impact sur la santé

L’UFC-Que Choisir rappelle que ces nanoparticules peuvent avoir un impact sanitaire et environnemental. “L’Institut national de la recherche agronomique (Inra), et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) ont ainsi souligné que certaines nanoparticules pouvaient avoir des effets promoteurs potentiels de la cancérogenèse”.

L’association de consommateurs en appelle au ministère de l’Économie et à la répression des fraudes, leur demandant de “publier la liste des produits alimentaires et cosmétiques silencieux sur la présence de nanoparticules, de poursuivre les fabricants en infraction et de maintenir durablement les investigations sur le sujet”.