Marchés français ouverture 5 h 26 min
  • Dow Jones

    32 223,42
    +26,76 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 662,79
    -142,21 (-1,20 %)
     
  • Nikkei 225

    26 555,03
    +7,98 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0445
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    19 950,21
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    28 618,98
    -1 138,76 (-3,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    669,41
    +426,73 (+175,84 %)
     
  • S&P 500

    4 008,01
    -15,88 (-0,39 %)
     

"Je demande aux Français de m'élire Premier ministre": les mots risqués de Jean-Luc Mélenchon

·2 min de lecture

Le chef de file des Insoumis a demandé aux Français, sur BFM TV, de l'"élire Premier ministre", à l'occasion des élections législatives 2022. Une communication à risque de la part du troisième homme de l'élection présidentielle.

Transformer l'élection des députés en celle du Premier ministre. C'est la manœuvre qu'a tenté de réaliser , ce mardi 19 avril, sur , à propos des . Interrogé par le journaliste Bruce Toussaint, le a déclaré: "Je demande aux Français de m'élire Premier ministre". Décrivant les législatives comme un "troisième tour", le représentant de la a ainsi présenté l'élection des députés comme un moyen, pour parvenir à une fin: son "élection" à la tête du gouvernement. En effet, la coutume politique de la Ve République exige qu'un président minoritaire à l'Assemblée nationale nomme un Premier ministre issu de la majorité parlementaire: c'est la cohabitation (voir encadré en fin d'article). Mais présenter les législatives comme une "élection" du Premier Ministre est une première, et comprend sa part de risques.

"Sous la forme précise de cette déclaration, c’est la première fois que les élections législatives sont présentées de la sorte", explique Pierre Bréchon, professeur émérite de sciences politiques à Sciences Po Grenoble. Thomas Ehrhard, maître de conférences en sciences politiques à Paris 2, rappelle toutefois qu'agiter la possibilité de la cohabitation pour inciter au vote n'est pas une pratique nouvelle: "C’est la stratégie de tous les perdants à la présidentielle qui veulent mettre un enjeu sur les législatives. C'est ce qu'a fait en 1997."

Personnaliser l'élection pour mobiliser

Mais le choix des mots ici est "curieux", souligne Emiliano Grossman, professeur associé à Sciences Po, alors que constitutionnellement les élections législatives ne sont en rien celles du Premier ministre. Le chercheur comprend toutefois l'intérêt stratégique d'une telle déclaration: "La présidentielle est personnalisée et déliée des partis. Il est compliqué de capitaliser dessus lors des législatives". Le choix de mettre en avant le même individu qu'à la présidentielle pourrait permettre cette capitalisation.

Lire aussi

Une communication stratégique, alors que les élections législatives m[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles