Publicité
La bourse ferme dans 7 h 40 min
  • CAC 40

    7 655,56
    -15,78 (-0,21 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 927,15
    -20,58 (-0,42 %)
     
  • Dow Jones

    39 134,76
    +299,90 (+0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0681
    -0,0025 (-0,23 %)
     
  • Gold future

    2 372,70
    +3,70 (+0,16 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 346,90
    -1 337,61 (-2,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 354,82
    -5,50 (-0,40 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,10
    -0,19 (-0,23 %)
     
  • DAX

    18 210,09
    -44,09 (-0,24 %)
     
  • FTSE 100

    8 258,35
    -14,11 (-0,17 %)
     
  • Nasdaq

    17 721,59
    -140,64 (-0,79 %)
     
  • S&P 500

    5 473,17
    -13,86 (-0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 036,87
    -298,45 (-1,63 %)
     
  • GBP/USD

    1,2640
    -0,0020 (-0,16 %)
     

Delphine Cascarino forfait pour le Mondial féminin de foot 2023

Delphine Cascarino pendant le match PSG-OL du 21 mai 2023, lors duquel elle s’est blessée au genou droit.
Delphine Cascarino pendant le match PSG-OL du 21 mai 2023, lors duquel elle s’est blessée au genou droit.

FOOTBALL - L’équipe de France, déjà affaiblie par des blessures ou convalescences longues, a perdu l’une de ses pépites en vue de la Coupe du monde l’été prochain en Australie et Nouvelle-Zélande, avec le forfait inéluctable de l’attaquante Delphine Cascarino, touchée au genou droit lors du match PSG-OL dimanche dernier.

La pépite française, qui a passé plusieurs examens médicaux, souffre d’une « rupture partielle du ligament commun antérieur droit ainsi que d’une mobilité et une laxité imposant une chirurgie réparatrice », a indiqué le club dans communiqué ce jeudi 25 mai. Elle sera « absente plusieurs mois » des terrains.

« Je vais donc devoir me faire opérer dans les jours à venir. Malheureusement, je ne vais pas pouvoir participer à la Coupe du monde cet été avec mes coéquipières que je supporterai d’ici. Un long chemin m’attend pour revenir plus forte », a réagi la joueuse dans un message posté sur son compte Instagram.

Dimanche, Delphine Cascarino est longuement restée au sol sur la pelouse du Parc des Princes après un contact avec la Parisienne Elisa De Almeida, lors de la « finale » du championnat de France.

« Une grande tristesse » pour Hervé Renard

Les larmes de la N.20 de l’OL avaient fait craindre le pire, et le pire a été confirmé après plusieurs examens médicaux. Les délais d’indisponibilité liés à ce type de blessure rendent impossible sa présence en Océanie, en juillet et en août.

PUBLICITÉ

« C’est une grande tristesse pour elle et pour l’Équipe de France. Nous allons tout faire pour qu’elle soit très fière de nous », a réagi auprès de l’AFP le sélectionneur des Bleues, Hervé Renard, ajoutant : « elle va nous manquer ». « Avec toi Delphine », a indiqué sa coéquipière Ada Hegerberg, Ballon d’Or 2018.

Le nouveau sélectionneur va devoir composer sans l’ailière lyonnaise aux jambes de feu, cadre indéboulonnable des Bleues (56 sélections, 14 buts) à 26 ans, perçue comme un des principaux atouts dans la quête d’un premier titre international chez les féminines.

La famille Cascarino ne sera représentée que par Estelle, sa jumelle, à l’autre bout du globe, une grande désillusion pour Delphine, remplaçante au Mondial-2019 en France, puis taulière du vestiaire et titulaire régulière, derrière ses timides sourires.

Henry, Mbock et Katoto incertaines

La soupe à la grimace se poursuit pour Hervé Renard, dont le plan de marche est contrarié par l’état de forme incertain, voire inquiétant, de plusieurs joueuses avant l’annonce de sa liste élargie, prévue le 6 juin.

La défenseure Griedge Mbock, blessée depuis septembre, part de très loin. Sa coéquipière lyonnaise Amandine Henry, en arrêt maladie, ne joue plus depuis début mars. Quant à Marie-Antoinette Katoto, l’avant-centre vedette du PSG et des Bleues traîne une grave blessure depuis juillet 2022 et n’a toujours pas regoûté à la compétition.

L’horizon semble davantage dégagé pour l’ailière du PSG Kadidiatou Diani, autre star de la sélection qui a souffert d’une blessure à la clavicule, dont la convalescence ne met pas en péril sa convocation pour le Mondial.

« Les pourcentages de faisabilité sont divers. Si on parle de Kadidiatou Diani, le pourcentage sera beaucoup plus élevé. Pour Marie-Antoinette, un peu moins. Et puis pour Griedge, peut-être encore un petit peu moins », a décrit Hervé Renard lors d’un entretien accordé à l’AFP, dimanche, quelques heures avant la blessure de Cascarino.

La France parmi les équipes favorites

Le forfait de la N.20 représente une perte lourde pour les Bleues, demi-finalistes du dernier Euro et considérées comme une des équipes favorites pour le Mondial-2023.

La jumelle d’Estelle Cascarino, autre internationale tricolore, agit souvent comme un détonateur des offensives tricolores grâce à ses accélérations soudaines, ses débordements dévastateurs et ses dribbles déroutants, quand elle n’est pas elle-même à la conclusion des actions.

À titre d’exemple, elle a réussi un doublé contre la Colombie (5-2) et délivré une passe décisive sur l’ouverture du score contre le Canada (2-1) lors du dernier rassemblement en avril, le premier de l’ère Renard.

L’ancienne sélectionneuse Corinne Diacre avait su profiter de sa polyvalence, en l’utilisant tantôt sur l’aile gauche, tantôt sur le côté droit quand l’habituelle propriétaire du poste, Diani, était absente ou repositionnée comme avant-centre.

Sans Cascarino, Hervé Renard perd donc un atout offensif majeur, en même temps qu’une personnalité tranquille et consensuelle, deux qualités précieuses durant une grande compétition. L’OL féminin, contrarié par de nombreuses blessures cette saison, devra aussi se passer de ses services pour le début du prochain exercice.

À voir également sur Le Huffpost :

Antoine Dupont et Frédéric Michalak rejoignent Chabal au musée Grévin

Brigitte Henriques, présidente du Comité olympique français, démissionne à un an des JO