Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 628,39
    +402,86 (+0,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 404,00
    -13,87 (-0,98 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0075 (-0,59 %)
     

David Fincher n’avait pas prévu que « Fight Club » devienne le film favori des incels

Au fil du temps, « Fight Club » a su s’imposer en tant que film culte de sa génération. Il est également devenu une référence pour les incels.

David Fincher déplore que « Fight Club » ait tant de succès chez les mysogines et les groupes extrême droite.
Splendor Films David Fincher déplore que « Fight Club » ait tant de succès chez les mysogines et les groupes extrême droite.

CULTURE - Alors que son prochain film The Killer, sort le 10 novembre sur Netflix, David Fincher est revenu sur le succès à double tranchant de son film culte Fight Club. Sorti en 1999, il fut d’abord un échec au box-office avant de devenir une œuvre culte.

Avec son film « The Killer », David Fincher veut vous rendre nerveux la prochaine fois que vous irez au magasin de bricolage

Malheureusement, ce succès évolutif n’est pas que bénéfique, le film étant aujourd’hui une référence chez des mouvances d’extrêmes droite et les incels, à savoir les jeunes hommes misogynes qui prônent leur haine des femmes sur des forums. Une description qui correspond parfaitement au profil de l’ancien kickboxeur et influenceur Andrew Tate par exemple.

PUBLICITÉ

Lors d’une interview accordée au média britannique The Guardian, David Fincher confie qu’il ne comprend pas comment Fight Club peut être interprété dans ce sens.

« Il m’est impossible d’imaginer que les gens ne comprennent pas que Tyler Durden (Brad Pitt) a une influence négative » a-t-il déclaré. « Les gens qui ne comprennent pas cela, je ne sais pas comment réagir et je ne sais pas comment les aider. »

Pour autant, le réalisateur de Zodiac ne se sent « pas responsable de la façon dont les gens interprètent les choses ». Il rappelle que le film n’est pas adressé à ces groupes d’individus, et qu’il ne délivre pas ce genre de message. Selon lui, tout dépend de l’œil du spectateur et de la manière dont il traite le contenu qu’il consomme. « Les gens verront ce qu’ils verront dans un tableau de Norman Rockwell ou Guernica (de Picasso) », explique-t-il.

Pour rappel, Fight Club est adapté du roman de Chuck Palahniuk sorti en 1996. Il raconte l’histoire d’un employé de bureau (Edward Norton) qui fait la connaissance de Tyler Durden (Brad Pitt), un vendeur de savon. Ensemble, ils fondent le « Fight Club », où ils organisent des combats. Mais ce club devient un groupe de terroristes anarchistes.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Un fumeur pollue encore les non-fumeurs autour de lui 5 minutes après la fin de sa cigarette"