La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 559,05
    -388,05 (-1,14 %)
     
  • Nasdaq

    11 016,87
    -223,07 (-1,98 %)
     
  • Nikkei 225

    27 885,87
    +65,47 (+0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0483
    -0,0014 (-0,14 %)
     
  • HANG SENG

    19 441,18
    -77,11 (-0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    16 194,17
    -212,59 (-1,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    400,07
    -1,74 (-0,43 %)
     
  • S&P 500

    3 935,06
    -63,78 (-1,59 %)
     

Quand Darmanin joue les candides sur l'immigration

FRANCOIS GREUEZ/SIPA

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a provoqué nombre de commentaires moqueurs avec son engagement concernant les immigrés. Dans les indiscrétions politiques de la semaine, retrouvez aussi Jean-Luc Mélenchon ou encore Agnès Pannier-Runacher.

Quand Darmanin joue les candides sur l'immigration

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a provoqué nombre de commentaires moqueurs avec son engagement de premier communiant concernant les immigrés, livré via une interview à nos confrères du Monde : "Être gentil avec les gentils, méchant avec les méchants." Exhumée pour l’occasion par @JFBoilley, le meilleur compte Twitter pour les citations d’actualité, cette phrase de Phyllis Diller : "Soyez gentils avec vos enfants, car ce seront eux qui choisiront votre maison de retraite." Phyllis Diller est une humoriste américaine décédée en 2012 à l’âge de 95 ans. Darmanin n’a que 40 ans, mais il pourra toujours la ressortir à l’occasion du projet de loi sur le grand âge.

Houlié rêve encore

Cofondateur des Jeunes avec Macron, Sacha Houlié avait trois rêves : revêtir la robe d’avocat, être élu député et prendre la présidence de l’Olympique de Marseille. Le premier a été exaucé en 2013, le deuxième en 2017 réitéré en 2022. Et le troisième ?

Jean-Paul Mattei aime le compromis "au nom de l’intérêt général"

Président du groupe MoDem à l’Assemblée et notaire de son état, Jean-Paul Mattei en cultive volontiers les rondeurs : "Je me suis engagé dans le notariat et en politique pour mettre les gens d’accord." Les rebuffades ne le découragent pas. D’une manière générale, l’homme veut croire au compromis "au nom de l’intérêt général". A commencer par la taxation des hyperprofits : "Je ne comprends pas que Bruno le Maire se montre si raide, nous ne sommes pas en 2017 ; chacun se doit de faire des efforts." Et sur les retraites : "Avec LR, il devrait y avoir moyen de s’entendre."

Ce militant infatigable de l’entente entre "raisonnables" a une certitude : "Soit on trouve des compromis parce que tout le monde se montre responsable, soit les extrêmes gagneront." Pour donner l’exemple, il va monter un groupe trans-partisan de réflexion sur la fiscalité. Avec des macronistes, des socialistes, des Républicains et même des Insoumis. Chez c[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi