La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 169,41
    +3,69 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,84
    +1,01 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,03 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 744,10
    -14,10 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    50 150,02
    -1 227,21 (-2,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 235,89
    +8,34 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    59,34
    -0,26 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 234,16
    +31,48 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    6 915,75
    -26,47 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,88 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 768,06
    +59,08 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 698,80
    -309,27 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3707
    -0,0028 (-0,20 %)
     

Danone : la patron Emmanuel Faber a été évincé, la recherche d'un successeur commence

·1 min de lecture

Plusieurs mois de fronde. Dimanche dans la soirée, le conseil d'administration de Danone "a mis fin aux fonctions" de son patron Emmanuel Faber "avec effet immédiat", après plusieurs mois de fronde d'actionnaires qui contestaient sa stratégie. Le président du conseil d'administration était jugé responsable des mauvaises performances du géant de l'agro-alimentaire, en comparaison à celles de ses concurrents directs, Nestlé et Unilever. L'ex-patron du fabricant de matériel électrique Legrand, Gilles Schnepp, va prendre la tête du conseil d'administration. Le groupe a annoncé, dans un communiqué publié lundi, être à la recherche d'un nouveau directeur général "d'envergure internationale". En attendant, un duo intérimaire a été désigné "pour assurer la continuité de l'opérationnel".

Lire aussi - Emmanuel Faber, PDG de Danone : "La crise nous a fait perdre environ un milliard d'euros en ventes"

Défenseur d'un capitalisme responsable. Aujourd'hui âgé de 57 ans, Emmanuel Faber était le directeur général du groupe depuis 2014. Il avait été promu PDG en 2017 mais avait toutefois perdu les pleins pouvoirs début mars, lorsque le conseil d'administration avait décidé de dissocier les postes de président et de directeur général. Connu pour défendre un capitalisme plus vert et plus social, il bénéficiait du soutien de plusieurs syndicats du groupe. La CFDT, FO et la CGC avaient apporté leur soutien à sa gouvernance, inquiets de voir des fonds d'investissement dicter la stratégie du groupe...


Lire la suite sur LeJDD