La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 677,27
    -68,13 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 996,10
    +146,10 (+1,05 %)
     
  • Nikkei 225

    29 751,61
    +212,88 (+0,72 %)
     
  • EUR/USD

    1,1953
    +0,0036 (+0,30 %)
     
  • HANG SENG

    28 497,25
    +43,97 (+0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    52 871,43
    +2 170,99 (+4,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 354,32
    +60,33 (+4,66 %)
     
  • S&P 500

    4 141,59
    +13,60 (+0,33 %)
     

Danone: "Etre une entreprise à mission ne protège pas de la vie des affaires"

·2 min de lecture

INTERVIEW - Un grand groupe coté en bourse peut-il être durablement leader sur la RSE? Elisabeth Laville, fondatrice d’Utopies qui accompagne les entreprises sur cet engagement, livre son analyse du départ forcé d'Emmanuel Faber de la tête de Danone, pionnier du Cac40 en matière de RSE.

Le patron de , le 15 mars dernier, a t-il été victime de l’engagement sociétal de la multinationale? Pionnière de la responsabilité sociale et environnementale, Elisabeth Laville est la fondatrice dUtopies qui accompagne les entreprises dans cet engagement. Elle a publié en janvier une étude sur les effets de la loi Pacte intitulée : De la raison dêtre à la raison dagir, et revient sur la nécessité de mieux protéger les entreprises cotées engagées dans un changement inéluctable.

Challenges - Comment réagissez-vous au limogeage dEmmanuel Faber, patron de Danone et première multinationale française devenue "entreprise à mission"?

Elisabeth Laville - Cette décision pose une vraie question: comment un grand groupe coté en bourse peut-il être durablement leader sur ces sujets? Les pionniers de lengagement sociétal étaient des dirigeants fondateurs avec une grande liberté et sans la pression de la Bourse comme Anita Roddick de The Body Shop, Yvon Chouinard de Patagonia ou Ray Anderson d’InterfaceSi vous regardez la centaine dentreprises à mission françaises, les deux-tiers ont moins de 50 salariés. Idem pour BCorp, le label américain "for good" présent dans 75 pays.

Les dirigeants salariés des grands groupes auraient les mains plus liées?

Lorsqu’un patron salarié veut faire pivoter une multinationale, c’est difficile de le faire de façon consensuelle. On vous reproche vite d’être autoritaire… comme cela a été le cas d’Isabelle Kocher au sein d’Engie. De plus, les dirigeants salariés font un travail d’équilibriste entre rentabilité et engagement – et les fonds dits "spéculatifs" peuvent profiter d’une stratégie insuffisamment claire. Sur la capacité à embarquer les équipes dans son projet, le bilan d’Emmanuel Faber peut sembler mitigé…

"Eviter le 'mission-wahing'"

C’est ce qui freine la transformation en sociétés à mission des grandes entreprises?

Danone et Yves Rocher sont deux exceptions. Mais il ne faut pas avoir une lecture trop simpliste des choses: s’il[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi