Publicité
Marchés français ouverture 27 min
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,19 (+0,34 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,33 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    39 069,68
    +282,30 (+0,73 %)
     
  • EUR/USD

    1,0887
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    19 663,99
    +110,38 (+0,56 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 582,88
    -64,68 (-0,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 369,33
    +14,91 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     

Trop d’enfants en situation de handicap « privés de rentrée », déplore une association

Des milliers d’enfants en situation de handicap n’ont pas accès à une scolarisation adaptée, déplore l’Unapei à une semaine de la rentrée des classes

Trop d’enfants en situation de handicap « privés de rentrée », déplore une asso à une semaine de la rentrée des classes (Photot d’un élève en situation de handicap dans une école de Lyon en septembre 2016)
Trop d’enfants en situation de handicap « privés de rentrée », déplore une asso à une semaine de la rentrée des classes (Photot d’un élève en situation de handicap dans une école de Lyon en septembre 2016)

ROYAUME-UNI - « Ils sont oubliés de la société » : des milliers d’enfants en situation de handicap n’ont pas accès à une scolarisation adaptée, déplore l’Unapei, l’une des principales associations dans le secteur du handicap intellectuel, à une semaine de la rentrée des classes.

« Malheureusement, trop d’enfants en situation de handicap seront encore privés de rentrée et leurs droits à l’éducation sont bafoués », a dénoncé mardi dans un communiqué Luc Gateau, le président de cette fédération regroupant des associations de personnes handicapées mentales et leurs familles.

Pour évaluer l’ampleur du problème, l’Unapei a mené une étude auprès d’un échantillon de 2.103 enfants accompagnés par ses antennes locales, dans six régions en France. Résultat : 23 % n’ont « aucune heure de scolarisation » par semaine, 28 % entre 0 et 6 heures, 22 % entre 6 et 12 heures et 27 % bénéficient de plus de 12 heures d’enseignement hebdomadaire.

« À chaque fois c’est la déception »

Les enfants handicapés scolarisés se retrouvent en outre parfois dans une classe « non-adaptée » à leurs besoins, regrette l’Unapei. C’est le cas par exemple de Noah, huit ans, atteint de troubles autistiques. Après quatre ans d’attente pour une place en classe Ulis, spécialisée dans l’accueil d’élèves handicapés, la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) l’a orienté vers un Institut médico-éducatif (IME). Mais faute de place, il entrera en septembre en CE1 en milieu ordinaire.

PUBLICITÉ

« Nous sommes frustrés, parce qu’il est jeune et c’est à cet âge qu’il peut apprendre », déplore auprès de l’AFP sa mère, Julie, 41 ans, qui vit près de Nantes. « Nous avons fait plein de démarches, on nous fait attendre et à chaque fois c’est la déception ». Pour elle, les enfants handicapés sont « oubliés de la société ».

Caroline Poinas, 39 ans, déplore également « la lourdeur administrative » pour tenter d’obtenir pour la première fois une place en classe Ulis pour son fils de huit ans, qui a des troubles de l’attention. Elle a fait un recours en mai, après avoir essuyé un refus. « On attend, on ne sait toujours pas pour la rentrée, c’est surtout stressant pour lui », souligne-t-elle.

Un projet pilote annoncé en avril

L’Unapei a recueilli sur un site dédié 880 témoignages de familles concernées par différentes difficultés pour la rentrée. « L’école pour tous est une priorité du gouvernement », a assuré de son côté auprès de l’AFP la ministre déléguée aux Personnes handicapées, Fadila Khattabi. Elle souligne la nécessité de « concentrer » les « efforts » sur « la qualité de l’accompagnement », en renforçant notamment « la présence des professionnels du médico-social dans les murs de l’école ».

Fin avril, lors de la conférence nationale du handicap, le gouvernement avait également annoncé un projet pilote de déploiement d’une centaine d’Instituts médico-éducatifs au sein d’écoles.

Sonia Ahéhéhinnou, vice-présidente de l’Unapei, redoute un « effet d’annonce » : « on attend de voir comment ce sera financé et mis en œuvre ». Elle estime qu’il faudrait d’abord mettre en place un observatoire afin d’évaluer les besoins pour « calibrer correctement les modalités de scolarisation et d’accompagnement ».

Le nombre d’enfants handicapés accueillis à l’école en progression

Ces dernières années, le nombre d’enfants handicapés accueillis à l’école a progressé : ils seront plus de 430.000 en cette rentrée 2023, soit 34 % de plus qu’en 2017, selon le ministère des Personnes handicapées. Le nombre d’accompagnants d’élève en situation de handicap (AESH) a également augmenté de 42 % depuis 2017. Ils seront ainsi environ 136.000 à la rentrée.

« Un AESH c’est indispensable pour mon fils mais il faut qu’il arrive à bien comprendre son trouble autistique », commente auprès de l’AFP Delphine Garreau, 47 ans. Elle déplore le manque de liens entre l’accompagnant et la famille de l’élève ainsi que l’absence de formation spécifique.

Cette technicienne d’atelier dans l’aéronautique espère que son fils sera accompagné par la même personne que l’an dernier pour sa rentrée en 4ème en milieu ordinaire, après des années de scolarité hachée.

VIDÉO - Salim Edjnaïni, cavalier, pilote d’avion et aveugle : “J’avais un pronostic de survie à 10%”