Perfectionniste, râleur, désordonné... découvrez votre réputation au travail et sachez en jouer

Savoir comment nos collègues nous perçoivent n’est pas toujours agréable. C’est cependant nécessaire pour évoluer.

Perfectionniste, tatillon, ne sait pas déléguer… «C’est en ces termes peu flatteurs que mes collaborateurs m’ont décrit», raconte Franck Martz, directeur régional de Franfinance (une filiale de la Société générale), après avoir pris connaissance des réponses au questionnaire anonyme le concernant, envoyé à une vingtaine de personnes. «L’analyse était tout à fait juste, mais quel choc ! J’étais conscient de faire souvent les choses à la place des autres. Pour autant, je n’imaginais pas à quel point les membres de mon équipe le vivaient mal et l’interprétaient comme un manquede confiance en eux.» Ce retour d’expérience a agi comme un révélateur sur Franck Martz, qui a rectifié le tir. «Je ne pouvais pas continuer ainsi. Je risquais le clash avec mes collaborateurs… et l’épuisement personnel.»

L’image que nous avons de nous-même est un cocktail complexe. Elle résulte de notre éducation, de nos expériences, de nos représentations mentales mais aussi du regard que les autres portent sur nous et de leur comportement à notre égard. Cette image évolue en permanence en fonction des informations que nous recevons de l’extérieur. Toutefois, nous avons tendance à sélectionner (de manière inconsciente) celles qui nous arrangent. Du coup, le tableau est souvent erroné, décalé ou incomplet. C’est pourquoi s’interroger sur la façon dont nous sommes perçus est indispensable, voire stratégique, notamment à certains moments cruciaux d’une carrière. Que l’on vise une promotion ou que l’on recherche un nouveau poste, être conscient de son impact sur les autres accroît les chances de l’emporter. Voici des clés pour vous aider à découvrir quelle image vous véhiculez et, au besoin, la corriger.

Etablissez un premier diagnostic sur votre personnalité

Commencez par définir l’image que vous aimeriez donner de vous-même. Pour ...

... Lire la suite sur capital.fr