La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 457,31
    +198,70 (+0,56 %)
     
  • Nasdaq

    15 129,09
    +107,28 (+0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    29 215,52
    +190,06 (+0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,1640
    +0,0022 (+0,19 %)
     
  • HANG SENG

    25 787,21
    +377,46 (+1,49 %)
     
  • BTC-EUR

    55 085,81
    +2 011,50 (+3,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 481,22
    +17,87 (+1,22 %)
     
  • S&P 500

    4 519,63
    +33,17 (+0,74 %)
     

D’étonnants « vers spaghetti » avec des noms de stars

·1 min de lecture

Une étude récemment parue dans le journal Zootaxa a permis de décrire neuf nouvelles espèces de Terebellidae, des vers marins (annélides polychètes) plus vulgairement connus sous le nom de « vers spaghetti », en raison de leurs tentacules buccaux qui leur permettent de fouiller le sédiment pour se nourrir.

Vue d'artiste du ver spaghetti Loimia ramzega. « Ramzeg » signifie « gigantesque » en breton car l'espèce a été découverte dans le Finistère. © Lisa Miroglio
Vue d'artiste du ver spaghetti Loimia ramzega. « Ramzeg » signifie « gigantesque » en breton car l'espèce a été découverte dans le Finistère. © Lisa Miroglio

Le premier auteur de cette dernière publication du « Spaghetti Project » est Nicolas Lavesque, ingénieur de recherche au CNRS, qui prépare une thèse à la station marine d'Arcachon où il se livre à la taxonomie. Sa passion pour les vers marins lui vient en partie de la rencontre avec la spécialiste mondiale de ce groupe, le Dr Pat Hutchings, qui travaille en Australie. Cet intérêt pour ce groupe peut pourtant être difficile à comprendre car, comme Nicolas Lavesque le dit, lorsque des collègues passent au laboratoire, ils lui disent « Ah mais c'est moche ces bestioles ! ». Lui en fait abstraction car ce qui l'attire particulièrement chez ces espèces c'est qu'elles « sont présentes dans tous les océans, de l'Antarctique à l'Arctique, des estuaires aux abysses » et que « dès qu'on fouille un peu le sédiment, on voit que ce sont elles qui dominent, en nombre d'espèces et aussi souvent en abondance ».

Dès qu'on fouille un peu le sédiment, on voit que ce sont elles qui dominent

Nicolas Lavesque rappelle que ces vers ont également un rôle très important dans les réseaux trophiques et qu'ils peuvent présenter « une diversité de formes incroyable, ce qui est passionnant ». Il existe par exemple des annélides polychètes dont le corps se transforme complètement à la Pleine Lune, ce qui leur permet de remonter dans la colonne d'eau et qui « explosent dans l'eau pour libérer leurs gamètes ».

Découvrir et nommer une espèce

Lorsqu'il décrit une nouvelle espèce, Nicolas Lavesque met un point d'honneur à ce que celle-ci soit...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles