Publicité
La bourse ferme dans 7 h 45 min
  • CAC 40

    7 613,06
    -15,74 (-0,21 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 904,40
    -11,07 (-0,23 %)
     
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0734
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 345,60
    -1,30 (-0,06 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 877,11
    -343,98 (-0,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 388,48
    +50,73 (+3,79 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,39
    -0,18 (-0,22 %)
     
  • DAX

    18 096,99
    -34,98 (-0,19 %)
     
  • FTSE 100

    8 168,85
    -22,44 (-0,27 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 570,76
    +88,65 (+0,23 %)
     
  • HANG SENG

    18 409,62
    +494,07 (+2,76 %)
     
  • GBP/USD

    1,2725
    +0,0015 (+0,12 %)
     

Développement durable : fini les tondeuses, vive les moutons !

Pixabay

Les moutons permettent de mettre fin à l'utilisation de tondeuses mécaniques énergivores et de pratiquer une coupe échelonnée, respectueuse de la biodiversité.

Cet article est issu du magazine Les Indispensables de Sciences et Avenir n°213 daté avril/ juin 2023.

Chaque printemps, depuis près de dix ans, 150 moutons, leur berger et ses "patous urbanisés" s'installent dans le parc Malbosc à Montpellier.

Un moyen d'entretien rustique

Pendant quatre mois, le troupeau va pâturer les 20 hectares de prairie fleurie… et non de "pelouses engazonnées". La mise en œuvre de ce moyen d'entretien rustique est née d'une préoccupation écologique forte : mettre fin à l'utilisation de tondeuses mécaniques énergivores et pratiquer une coupe échelonnée, respectueuse de la biodiversité. "Les moutons se nourrissent et, en échange, apportent de la fumure naturelle. Sans ratiboiser le terrain comme le feraient des chèvres", explique Maarten Thiels, chargé de mission agriculture urbaine à la ville.

PUBLICITÉ

Lire aussiLe gazon, cette verte aberration

Un mode de gestion qui gagne du terrain

Des animations accompagnent l'opération : mini-transhumances sur quelques kilomètres, séances de tonte de la laine, agnelage. "Montpellier et Lille ont été des précurseurs", se félicite Louise Covemaeker, d'Ecozoone, qui élève depuis vingt ans des animaux - près de 1.500 - destinés à être loués pour l'éco-pâturage. Ce mode de gestion gagne du terrain. On ne compte plus les villes, lycées ou talus de voies ferrées entretenus de la sorte !

Par Valérie Handweiler

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi